Culture

8 nominés au prix littéraire de La Mamounia

Par L'Economiste | Edition N°:4341 Le 19/08/2014 | Partager
Le gagnant sera connu le 20 septembre prochain
Le prix ouvre la saison culturelle dans la cité ocre

La romancière Christine Orban préside le jury pour la 4e année consécutive. A ses côtés, 6 autres personnalités littéraires internationales de renom qui devront désigner  le prix littérature La Mamounia  de 2014.

ET de cinq.  Fort du succès lors des quatre premières éditions, La Mamounia célèbre la littérature et  remet son prix qui vise à encourager et à promouvoir la littérature marocaine francophone et à la faire rayonner à travers le monde.  Le prix sera décerné le 20 septembre ouvrant ainsi le bal des événements culturels marrakchis.  Pour ce palace, l’initiative d’un prix est une manière de s’impliquer dans la culture, mais aussi de faire parler de La Mamounia.
Depuis son grand lifting -trois années de fermeture ont été nécessaires à sa rénovation de 2006 à 2009- opéré sous la houlette de l’architecte français  Jacques Garcia, La Mamounia cumule un grand nombre d’articles de presse. Depuis cette réouverture, le palace a voulu marquer son rôle de mécène de l’art et de la culture.  L’an dernier, son prix a été décerné à l’auteur Rachid O pour son roman «Analphabètes», édité chez Gallimard. Le jury, présidé par la romancière Christine Orban accompagnée de onze autres personnalités du microcosme littéraire, avait mis près de 4 heures pour départager les 7 romans en lice.
Pour cette 5e édition, c’est de nouveau  Christine Orban qui préside le jury et ce, pour la 4e édition consécutive. A ses côtés des auteurs comme  Douglas Kennedy, Mohamed Nedali, Alain Mabanckou, Rachid O…  7 personnalités littéraires internationales de renom qui devront choisir parmi 8 œuvres en langue française d’auteurs marocains publiées entre juin 2013 et mai 2014.
Le gagnant recevra un prix doté d’une valeur de 200.000 dirhams (environ 18.000 euros ou 22.000 dollars). Parmi les 8 romanciers en lice, de jeunes auteurs encore méconnus mais aussi quatre femmes. Il s’agit de Bouthaina Azami pour son livre au «Café des faits divers», Rim Leghrari Benmehrez avec «Ordonnances et Confidences», Naima Lehbil Tagemouati «la Liste» et Maï-Do Hamisultane pour «La Blanche». 
En lice aussi,  Hafid Aboulahyane pour son livre «31 février», un roman-comédie qui, à la base, devait être un scénario du cinéaste Mustapha Bouhaddar, pour «les Tribulations d’un intérimaire» et qui relate le quotidien d’un jeune homme tombé par hasard dans le monde de l’intérim, et Moha Souag, l’auteur marocain avec «Nos plus beaux jours». Enfin, l’écrivain et journaliste Réda Dalil est également en concurrence avec son tout premier roman «Le Job».

B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc