Entreprises

Atlas Hospitality: RAM cède 66,5% à HP Partners

Par L'Economiste | Edition N°:3698 Le 13/01/2012 | Partager
L’opération s’inscrit dans le plan de restructuration de la compagnie
D’autres projets de cessions d’actifs à l’étude

ROYAL Air Maroc (RAM) accélère la cadence de sa restructuration. Après Matis, la compagnie vient de céder 66,51% de ses actions dans Atlas Hospitality Morocco (AHM), sa filiale hôtelière qui reste le deuxième opérateur au Maroc. Les parts de RAM ont été cédées à HP Partners, 1er fonds d’investissement spécialisé dans le tourisme. Un mécanisme créé en 2007 par plusieurs actionnaires institutionnels: Banque Populaire, Attijariwafa bank, le fonds koweitien Ajial, CMR et CIMR. «Ce rapprochement stratégique entre
HP Partners et AHM sera créateur de synergies entre les deux entités, principalement à travers la gestion par AHM d’actifs hôteliers existants et à développer par le fonds», explique-t-on auprès de la compagnie. Concrètement, HP Partners bénéficiera de l’expertise de AHM en matière de gestion hôtelière. Pour sa part, AHM pourra développer son parc d’hôtels sous gestion. L’objectif étant de le porter à 42 hôtels à l’horizon 2017-2018. Pour la cession de ses parts dans le capital AHM, RAM a été conseillée par la banque d’affaires CFG.
Outre AMH, RAM a déjà cédé ses parts dans le capital de Matis, société spécialisée dans le câblage électrique destiné à l’industrie aéronautique.
La compagnie détenait 33,33% du capital de Matis aux côtés de Boeing et Labinal. Rappelons que RAM a été à l’origine de l’implantation au Maroc de cette société, qui a contribué au développement de la stratégie nationale dédiée à l’industrie aéronautique.
D’autres projets de cessions d’actifs sont actuellement à l’étude et devraient toucher le patrimoine immobilier de la compagnie. Rappelons que le groupe RAM compte d’autres filiales telles que Snecma Morocco, Atlas Catering, CasaAero… La cession de AHM et de Matis constituent l’un des deux leviers sur lequel RAM doit s’appuyer pour réduire ses coûts. En effet, le contrat-programme signé avec l’Etat prévoit l’obligation de réaliser des économies de 1 milliard de DH et ce, pendant 3 ans.
Le second levier mis en œuvre pour réduire les coûts porte sur l’externalisation des activités qui ne sont pas en rapport avec le cœur de métier. L’enjeu pour la compagnie est de se concentrer sur son métier de base et d’externaliser ou de filialiser les fonctions qui ne relèvent pas de sa vocation. Outre l’externalisation et la cession d’actifs, la stratégie de réduction des coûts mise en œuvre par RAM porte sur un plan de restructuration interne, prévoyant la réduction d’un tiers des effectifs de la compagnie, l’optimisation des coûts de carburant et de la distribution. Le challenge pour la compagnie est de rétablir ses fondamentaux économiques afin de pouvoir engager un plan de développement dès 2014.

Externalisation

PARMI les fonctions qui ne relèvent pas du cœur de métier de Royal Air Maroc (RAM), la formation dispensée par RAM Academy. Une externalisation qui a un double objectif. La compagnie souhaite disposer d’une activité régulière au lieu d’une activité alignée sur les besoins exclusifs et ponctuels de RAM. D’autant plus que la compagnie est appelée à fermer certaines lignes qui ne sont pas rentables et à céder une dizaine d’avions, dont trois Airbus. L’externalisation de la formation vise également à alléger les charges de la compagnie qui supporte le coût de la formation de ses effectifs. D’autres activités devraient être externalisées, notamment le handling (assistance au sol) ou encore le catering.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc