Société

Dr. Habib Marzak: «Le salon a rempli sa mission»

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5373 Le 17/10/2018 | Partager
Valorisation du patrimoine équin
Préservation des métiers traditionnels
De nombreux temps forts et concours programmés
habib_marzak_073.jpg

Pour Dr. Habib Marzak, le Salon du cheval d’El Jadida a acquis ses lettres de noblesse en devenant un évènement incontournable au service du développement de toute la filière équine (Ph. Privée)

- L’Economiste: Le Salon du Cheval d’El Jadida en est, cette année, à sa onzième édition. Peut-on dire qu’il a gagné en maturité? Estimez-vous avoir atteint votre objectif?

- Dr. Habib Marzak: Dès sa création en 2008, le Salon du Cheval s’est imposé comme un événement majeur au Maroc. Placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la manifestation œuvre depuis sa première édition à la notoriété de la filière équestre marocaine ainsi qu’à la valorisation de ses métiers traditionnels. Ce onzième anniversaire marque, à cet effet, l’engagement continu dont le Salon du Cheval a su faire preuve en devenant un lieu incontournable de rencontres entre le grand public et les professionnels du cheval, qu’il s’agisse d’éleveurs, de cavaliers ou d’artisans. En participant activement à la préservation de l’identité culturelle marocaine, dont le cheval est un élément incontournable, et en contribuant à la transmission de ce patrimoine culturel immatériel à toutes les générations, le Salon a rempli sa mission et concrétisé des projets majeurs. Je pense notamment à la professionnalisation et l'adaptation aux normes internationales de ses infrastructures, principalement à travers le Parc d'Expositions Mohammed VI d’El Jadida. Mais aussi le développement des arts équestres traditionnels, marqué par la création du Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI de Tbourida, ou encore l’augmentation, année après année, du niveau des compétitions équestres accueillies par le Salon, avec entre autres, le passage du Show International du Pur-Sang Arabe de la catégorie C à la catégorie A.

En outre, en faisant de la promotion du spectacle équestre un axe clé de son action, le Salon a également mis en lumière les meilleures troupes marocaines et internationales et joué un rôle actif dans la connaissance des métiers du cheval, dont la maréchalerie, la sellerie et l’armurerie, qui illustrent toute la richesse de l’artisanat marocain.
En onze ans, la diversité de notre programmation nous a ainsi permis d’attirer plus de deux millions de personnes, faisant du Salon un levier majeur du développement économique et social d’El Jadida et de sa région.

- Les sports équestres au Maroc ont quelque peu perdu de leur aura et de leur attrait. Comment cette édition peut-elle contribuer à leur renaissance?
- Qu’ils soient modernes ou traditionnels, les sports équestres ont toujours été présents dans le quotidien de tous les marocains de manière permanente et sont une composante réelle de notre histoire. Il est vrai, cependant, que certains événements, dont le Salon du Cheval d’El Jadida, ont contribué à développer ces sports ces derniers temps. C’est ainsi que le Salon mettra cette année en lumière le très grand potentiel qu’offrent les sports équestres au Maroc. De nombreux temps forts sont programmés avec la troisième édition du Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI de Tbourida, le show international «A» Pur-Sang Arabe, la Coupe des éleveurs marocains de chevaux arabes, le Concours national des chevaux arabe-barbes ou encore la septième édition du Championnat international des chevaux barbes. Nouveauté importante: le Morocco Royal Tour, dont le Salon du Cheval d’El Jadida constitue la troisième étape, passe à quatre étoiles avec un Concours International de Saut d’Obstacles CSI 4*W, qui sera organisé du 19 au 21 octobre et sera qualificatif pour la Coupe du Monde.

- L’Association du Salon du cheval a inscrit la valorisation des arts équestres traditionnels parmi ses priorités. Comment et par quels moyens?
- Au-delà de son impact positif sur le tissu économique d’El Jadida, le Salon du Cheval participe de manière active à la promotion d’un grand nombre d’activités au sein de la filière équine marocaine. Le Salon soutient aussi grandement le développement d’un savoir-faire véritablement marocain, notamment en favorisant l’émergence de métiers liés au cheval et qui étaient jusqu’alors peu pratiqués au Maroc. Notre contribution est également significative dans la préservation et la mise en lumière de l’artisanat national, qu’il convient de valoriser en raison de sa richesse et de sa très grande qualité.

Propos recueillis par Jamal Eddine HERRADI

                                                                

L'ouverture vers l'Afrique se poursuit

Le Salon du Cheval a passé le cap des dix ans et entre cette année dans une nouvelle décennie. «C’est donc une nouvelle page de notre histoire qui se tourne et, en même temps, c’est la confirmation que notre modèle fonctionne et qu’il est nécessaire de le poursuivre. Nous avons ainsi choisi de proposer, comme l’an passé, une exposition exceptionnelle dont l’accrochage retracera les grandes dates et temps forts de la manifestation», explique  Dr. Habib Marzak, commissaire du salon.

Dans la continuité de son ouverture sur l’Afrique, la manifestation accueillera également les représentations de nombreux pays du continent, qui présenteront leurs filières équines respectives et échangeront leurs expériences dans le domaine du cheval avec leurs homologues marocains et étrangers.

Lors de cette édition, le jeune public bénéficiera aussi d’un grand choix d’animations et d’activités équestres pédagogiques et ludiques. Avec plus de 40.000 visiteurs pour sa première édition l’an passé, le village «Magui» sera de retour pour permettre aux enfants de découvrir le monde du cheval. Au programme: des ateliers autour de la voltige, du polo et du rodéo, avec des tours en calèche, des jeux de kermesse, des ateliers créatifs et un carnaval.

Le Salon accueillera, par ailleurs, la finale de l’Equiplay Tour dont les éliminatoires se sont déroulées dans différents clubs du royaume. Il s’agit de compétitions équestres ludiques organisées par les jeunes cavaliers et introduites au Maroc pour la première fois.

Enfin, poursuit, Dr Marzak, «le Salon continuera de présenter les compétitions qui ont fait sa renommée. Acclamé depuis deux ans, le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI de Tbourida vivra une troisième édition qui s’annonce d’ores et déjà comme l’un des moments forts de l’année». Quant au programme des concours équestres, il se poursuivra afin de célébrer les chevaux et cavaliers les plus talentueux, pour le plus grand plaisir du public.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc