Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5358 Le 26/09/2018 | Partager

■ Aléna: La position du Canada
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a réfuté que le Canada n’ait pas encore conclu un nouvel accord sur le traité commercial Aléna avec les Etats-Unis pour des raisons de politique intérieure. Et ce, comme l’a laissé entendre un conseiller de la Maison-Blanche. Trudeau a par ailleurs jugé très probable une reprise des négociations pour la modernisation de l’accord de libre-échange nord-américain, de façon moins formelle, en marge de la 73e Assemblée générale de l’ONU à New York qui se poursuit jusqu’au 1er octobre 2018.  Washington a signé un accord de principe avec Mexico le mois dernier et est en négociations depuis avec Ottawa. L’administration Trump a fixé comme date-butoir le 1er octobre pour publier le texte du nouvel Aléna, mais Ottawa refuse pour l’instant de céder aux pressions américaines.

■ Tension en Argentine
Manifestations, grève générale, la mobilisation se renforce en Argentine. Ceci au moment où le président argentin Mauricio Macri tentait de rassurer les marchés sur la santé économique de son pays, en marge de la 73e Assemblée générale de l’ONU à New York. Le gouvernement argentin est en négociation pour un aménagement du prêt de 50 milliards de dollars sur trois ans octroyé en juin par le FMI. La hausse des prix a atteint 25% sur les huit premiers mois de l’année et l’inflation annuelle devrait dépasser les 40%. Les Argentins y perdent en pouvoir d’achat et réclament que les salaires soient alignés sur l’inflation. Le pays prévoit une récession de 2,4% cette année.

■ Textile: Comment se porte l’industrie tunisienne?
L’industrie tunisienne du textile se porte mieux. Au 1er semestre 2018, les exportations d’habillement de la Tunisie vers l’UE ont enregistré une hausse de 3,5% (voir aussi détail dans le journal Le Monde daté du 22 septembre 2018). Le secteur a notamment profité de la faiblesse du dinar. La santé du secteur demeure cependant fragile, de l’avis des professionnels du secteur. En effet, les exportations sont encore 25% en dessous de leur niveau d’il y a dix ans. Aussi, l’industrie locale doit rivaliser avec les usines d’autres pays du bassin méditerranéen qui tournent à moindre coût (cas de la Turquie). La Fédération tunisienne du textile et de l’habillement plaide donc pour une application des dérogations aux droits de douane appliqués aux industriels tunisiens. Depuis 2008, Tunis relève de la zone de libre-échange pour les produits industriels avec l’UE. Mais des droits de douane de 12% sont appliqués sur les tissus importés et les opérations de finition. Des taxes qui plombent le coût de revient des jeans (dont la Tunisie demeure le 5e fournisseur dans l’UE).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc