Analyse

Immobilier: La pression s’accroît sur les opérateurs cotés

Par Franck FAGNON | Edition N°:5343 Le 04/09/2018 | Partager
Addoha alerte sur ses résultats 2018
Les cours des trois grandes sociétés décrochent en Bourse
L’indice sectoriel affiche une baisse de 47% depuis le début de l’année
bourse_immobilier_043.jpg

Au-delà des facteurs conjoncturels, les investisseurs sanctionneraient aussi le manque de transparence des opérateurs immobiliers sur leur activité. L’indice sectoriel affiche une baisse annuelle de plus de 60% contre 8% pour le Masi

 

Après une cuvée 2017 décevante, les nouvelles en provenance du secteur immobilier ne sont guère rassurantes. Addoha anticipe une baisse de son chiffre d’affaires en 2018. Au premier semestre, les revenus baisseraient de 15%, ce qui affectera le bénéfice consolidé et le cash flow opérationnel, a indiqué le management.

Déjà affaibli en Bourse suite à des résultats annuels  en dessous des attentes, le cours du promoteur immobilier a cédé 5,07% lundi 3 septembre après la publication du profit warning. Il a entraîné dans son sillage les autres valeurs du secteur puisque Alliances a lâché 5,10% et Résidences Dar Saada 7,25%. L’indice sectoriel affiche une baisse annuelle de 47% contre un repli de 7% pour le Masi.

Si le contexte reste difficile pour les opérateurs immobiliers, la baisse des cours en Bourse est amplifiée par une communication défaillante, jugent les professionnels de marché. «Plusieurs investisseurs ont liquidé leur position de manière agressive. Ils ne sanctionnent pas que l’activité, mais aussi le modèle de gestion d’Addoha», relève un analyste. Toutefois, l’ampleur de la baisse du cours est exagérée, poursuit-il.

Le secteur immobilier est plongé dans une crise dont il a du mal à s’extirper depuis quelques années. La crise est accentuée par l’atonie de la croissance économique. Le renchérissement des prix des actifs depuis trois ans impacte aussi le niveau des transactions. Dans le même temps, l’inadéquation entre l’offre et la demande pèse de plus en plus sur le comportement du marché. Les promoteurs semblent avoir du mal à s’adapter aux exigences des acquéreurs et beaucoup en pâtissent aujourd’hui.

Addoha impute en partie la baisse de son activité aux nouvelles exigences de la demande. Le groupe va reconfigurer certains projets budgétés en 2018 en particulier dans le haut standing. Pour atténuer la baisse d’activité au Maroc, le groupe mise en partie sur l’accélération des projets en Afrique de l’Ouest. Il espère convertir 800 millions de DH de préventes en chiffre d’affaires pour les projets en Afrique sur les dix-huit prochains mois.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc