Economie

La croissance de la région Mena décryptée à Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5196 Le 26/01/2018 | Partager
A l’initiative du FMI, du gouvernement du Maroc, du FMA et du Fades
Les débats axés sur la mise en œuvre de stratégies d’inclusion
christine_lagarde_096.jpg

La DG du FMI, Christine Lagarde est la première femme à occuper ce poste. Lagarde est présente à la conférence de Marrakech en tant que co-organisatrice mais aussi pour participer à la conversation sur l’autonomisation des femmes (Ph L'Economiste)

C’est ce vendredi que démarre à Marrakech la conférence autour de la croissance inclusive de la Région Mena. Une conférence de deux jours co-organisée par le Fonds monétaire international, le Fonds monétaire arabe (FMA), le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) et le Gouvernement du Maroc.

Y participent de grandes personnalités du monde arabe comme le chef du gouvernement marocain Saâdeddine El Othmani, son homologue tunisien, Youssef Chahed, Abdulrahman A. Al-Hamidy, président du conseil du FMA, la directrice du FMI, Christine Lagarde, le vice-président de la BERD,  Pierre Heilbronn...

La rencontre qui rassemble aussi des dirigeants d’entreprise, des jeunes et des universitaires vise à orienter le débat lié à la croissance inclusive dans le monde arabe sur la mise en œuvre. Ainsi, les réflexions porteront notamment sur les moyens de multiplier les débouchés en faveur des femmes et des jeunes en mettant en valeur l’innovation et l’esprit d’entreprise et la définition de politiques propices à une croissance plus forte et plus inclusive.

Les jeunes en âge de travailler comptent pour le tiers de la population de la région Mena et dans cinq ans, ils seront 26 millions sur le marché du travail. Que faire pour que les petites et moyennes entreprises puissent s’épanouir à une plus grande échelle et employer plus de personnes? Comment créer une Silicon Valley de la région? Comment intégrer le monde arabe aux chaînes de valeur mondiales? Quelles réformes pour l’éducation et la formation pour préparer les jeunes aux emplois?

Autant de thèmes et de pistes qui seront abordés lors de  la séance consacrée à ce sujet. Parmi ces jeunes vulnérables sur le marché du travail, il y a des femmes. Les pays de la région enregistrent les plus faibles taux d’activité des femmes qui représentent à peu près un cinquième seulement des employés.

Comment promouvoir l’autonomisation des femmes et leur permettre de participer au marché du travail ? Comment déployer des dispositifs bien ciblés pour protéger les populations les plus vulnérables et leur donner les moyens de se prendre en charge? La conférence de Marrakech va dédier une séance qui va traiter des moyens de développer des débouchés économiques pour les jeunes, les femmes et les réfugiés afin de dynamiser la croissance et veiller à ce que les fruits en soient largement partagés. 

Une conversation sur l’autonomisation des femmes sera animée par quatre femmes d’exception: Sheikha Lubna Al Qasimi, présidente de l’université Zayed, Émirats arabes unis, la palestinienne Hanan Ashrawi, parlementaire, universitaire et militante, Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM, Christine Lagarde, DG du FMI et la tuniso-irakienne Samar Samir Mezghanni, romancière et militante de la cause des jeunes.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc