Régions

Tourisme: Les ambitions d’Essaouira

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5183 Le 05/01/2018 | Partager
Augmenter la durée moyenne de séjour à 4 nuitées
Et passer de 12 à 30 vols hebdomadaires à l’horizon 2019
La ville des alizés a cartonné en 2017 et affiché des scores record

A l’instar des deux autres villes touristiques phares Marrakech et Agadir, Essaouira a cassé tous les codes en 2017. La destination a enregistré des hausses jamais connues et a affiché d’ailleurs complet durant les fêtes de fin d’année. En termes d’arrivées, la ville a terminé l’année avec plus de 11% selon les estimations du Conseil provincial du tourisme d’Essaouira (CPTE).

Des arrivées déclarées qui ont permis une augmentation de 9% des nuitées enregistrées dans les établissements d’hébergement classés et ce, comparativement à la même période de 2016. Par catégorie, ces hausses ont profité davantage aux 2 étoiles qui ont vu le nombre de leur touristes augmenter de 33%, suivis des maisons d’hôtes, produit très plébiscité dans la ville des alizés avec une hausse de 17%.

Diversification de l’offre touristique

Les 5 étoiles ont réalisé de leur côté une très correcte hausse de 13%. Derrière cette embellie, les bonnes performances des principaux marchés émetteurs comme la France, le Royaume-Uni, la Suisse, la Hollande ou encore l’Espagne. Accessible par voies terrestres et aériennes, Essaouira a reçu à fin octobre 200.000 touristes qui ont réalisé 413.494 nuitées dans les établissements classés. Pour maintenir cette dynamique, le CPT d’Essaouira va s’atteler, en collaboration avec le département du tourisme et l’Office national marocain du tourisme, à la diversification de l’offre touristique.

L’écotourisme, compte tenu des riches potentialités que recèle l’arrière-pays, est une des pistes qui permettraient d’augmenter la durée moyenne de séjour (DMS), indicateur de santé d’une destination touristique. A Essaouira, la DMS est de 2,7 jours, alors que, quelques années auparavant, elle était moins de 1%, la ville était uniquement un passage. Aujourd’hui, les ambitions de la ville sont grandes: rallonger cette DMS à 4 jours pour rentabiliser la destination.

Deuxième chantier prioritaire pour 2018, l’aérien. La ville des alizés est passée de 2 à 3 vols par semaine en 2012 à 15 vols/ semaine réalisées par Transavia, Easy Jet, Tui Fly et RAM. Des vols qui demeurent insuffisants vu la capacité litière de la ville et qui est de 6.000 lits. Pour les professionnels de la place, l’objectif est de passer donc à 25 ou 30 vols par semaine à l’horizon 2019.

Des négociations avec 4 compagnies low-cost européennes sont en cours pour relier la ville à Barcelone et à Madrid. De bonnes nouvelles pourraient être annoncées prochainement au Fitur (la Foire internationale du tourisme) qui se tient le 15 janvier, espère Redwane Khanne, président du CPTE.

Enfin, le digital sera au cœur du plan d’action de 2018. L’ONMT souhaite mettre en œuvre une stratégie de communication digitale en collaboration avec les CPT et les CRT de chaque destination et ce, dans le but d’assurer une bonne visibilité de la ville d’Essaouira sur le marché national, ainsi que sur les marchés internationaux émetteurs.

De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc