Economie

Iles Canaries: Comment les académiciens réinventent le tourisme

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5171 Le 19/12/2017 | Partager
L'objectif est d'en faire une des meilleures destinations balnéaires d’hiver en Europe
L’Université de Las Palmas, collèges et lycées engagés dans la recherche dédiée au secteur
Recherches partagées et formations conjointes à l’Université Ibn Zohr d’Agadir
iles-canaries-tourisme-bateaux-071.jpg

Dans les îles Canaries, de nombreux ports sont aménagés pour recevoir les géants des mers: Gran Canaria, Tenerife, Lanzarote... L'archipel étant très prisé par les croisiéristes internationaux, à l'affût de paysages époustoufflants (Ph. Proexca)

A seulement 90 minutes de vol d’Agadir, l’archipel canarien avec une population d’un peu plus de deux millions d’habitants, vit un engouement touristique sans précédent. En effet, la barre de 16 millions de touristes vient d’être franchie en 2017! Derrière ce succès, l’implication de toutes les institutions publiques et privées pour continuer à faire de l’archipel l’une des meilleures destinations balnéaires d’hiver en Europe.

Il en est ainsi de l’université qui s’investit pour l’amélioration des services dans le domaine du tourisme et la recherche de l’excellence dans cette industrie à forte compétitivité. L’optique pour les responsables étant de gérer ce succès pour pouvoir répondre aux exigences du présent et prévoir les défis futurs. Et surtout d’innover pour garantir la pérennité du secteur touristique, principale activité économique locale et premier pourvoyeur d’emploi, représentant 34,3% du PIB canarien.

A noter que l’explosion touristique que connaît l’archipel est aussi la résultante du printemps arabe et de la désaffection de destinations réputées comme la Tunisie et l’Egypte. La 5e édition du Forum international du tourisme Maspalomas Costa Canaria qui a eu lieu jeudi et vendredi derniers a permis d’offrir une plateforme d’échange d’expertise entre académiciens, chercheurs, étudiants et professionnels du secteur du tourisme.

Et de discuter des aspects des tendances, des défis, de la compétitivité et de l’innovation dans les destinations insulaires. «Il est important de maintenir des relations de collaboration multidisciplinaires dans le domaine touristique et académique car la recherche scientifique est en mesure d’apporter des éléments d'amélioration au secteur du tourisme», a déclaré Marco Aurelio Perez, maire de San Bartolome de Tirajana.

Face à l’importance du tourisme dans l’archipel et de la recherche scientifique qui y est associée, le Roi d’Espagne Felipe VI a honoré de sa présence la manifestation qui prend désormais un nouvel élan, et devient par la même une référence à l’international.

Une importante délégation marocaine a pris part au 5e Forum international du tourisme de Maspalomas. Elle est composée de 16 professeurs, chercheurs et doctorants, relevant de l’Université Ibn Zohr (UIZ)-ENCG d’Agadir (co-organisatrice de l’événement) ainsi que de l’ENCG de Casablanca et de Settat.

La 1re édition de ce forum conjoint à eu lieu à l’ENCG d’Agadir puis il a été exporté aux îles Canaries où il a été mieux soutenu financièrement par les secteurs public et privé, nous indique-t-on. «L'exposition de données et conclusions des académiciens aident les entrepreneurs et professionnels et les entités publiques à adopter des stratégies innovantes pour s’améliorer et attirer un client de plus en plus exigeant», a déclaré Omar Halli, président de l’UIZ.

Aussi, depuis une décennie, et avec l’Université de Las Palmas de Gran Canaria en tant que principal partenaire, l’UIZ a œuvré au développement de la formation, de la recherche scientifique et des études liées au secteur du tourisme. Des masters conjoints, des projets européens, des thèses de doctorats, des séminaires et des congrès ont ainsi été mis en place.

L’idéal aujourd’hui serait de créer une faculté de tourisme à Agadir d’offrir le cadre idéal pour l'échange d'opinions et d'expériences, ainsi que les tendances qui marqueront l'avenir de l'activité touristique au Maroc. En profitant de l’expertise des académiciens dans la recherche de l’innovation pour assurer la durabilité du secteur touristique.

Pour rappel, le 5e Forum international du tourisme de Maspalomas est organisé par la municipalité de la ville de San Bartolomé, l’Université de Las Palmas de Gran Canaria, la  Faculté d'économie, d’entreprise et du tourisme, l’Université Ibn Zohr (UIZ), l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) d’Agadir, l'Institut polytechnique de Setubal du Portugal,  la Business School  de La Rochelle en France  et le Centre d'études touristiques et économiques (CETURE). Avec la collaboration de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Implication des jeunes

Les élèves de collèges et lycées publics et privés des îles Canaries, directement ou indirectement liés au tourisme, ont présenté divers travaux collectifs sur leur perception sociale du tourisme. L'initiative a connu un grand succès en raison de son caractère innovant et de la qualité des exposés des étudiants. La mairie de San Bartolomé de Tirajana et l'Université de Las Palmas de Gran Canaria accompagnent cette initiative dans l'éducation non universitaire avec l'objectif de contribuer à la formation d'une génération plus consciente de l'importance du tourisme. Agés entre 15 à 18 ans, les élèves ont présenté leur vision sur l’impact du tourisme de masse sur le paysage et ont soulevé l’importance de recourir aux énergies renouvelables dans les établissements hôteliers. Ils ont aussi insisté sur le respect et des touristes et des valeurs locales. Pour eux, il est de même important de créer des événements autochtones pour promouvoir la culture locale. Les étudiants, qui ont fait preuve d’une grande perspicacité et d’un sens aigu d’analyse, ont aussi mis en avant l’opportunité que peut offrir le tourisme. «La globalisation du tourisme nous permet d’élargir notre multiculturalisme et de nous intéresser à d’autres langues», ont-ils assuré en ponctuant leurs interventions de passages exprimés en allemand, anglais, en plus de l’espagnol.

                                                                   

Pourquoi l’archipel cartonne

canaries_tourisme_071.jpg

2017 est considérée comme l’année touristique la plus performante dans l’histoire des îles Canaries. De 15 millions de touristes reçus en 2016 le nombre est passé à 16 millions durant l’année en cours. Le taux d’occupation hôtelière et extra-hôtelière est de 82,10% contre 81,17% en 2016. Suite à la grande demande enregistrée, les hôtels ont augmenté les prix de +6,7%, ce qui a généré +7,4% de rentabilité.

Et s’est traduit par la création de 10.036 nouveaux emplois et a permis d’augmenter l’affectation à la sécurité sociale de +7,2%. Les arrivées touristiques dans l’archipel ont aussi connu une augmentation dans tous les marchés émetteurs, à part le marché français qui a diminué de -2%, contre une augmentation de +10% pour le marché anglais, est-il indiqué.

Depuis quelques années, la loi canarienne interdit l’investissement dans des établissements hôteliers de 1 à 3 étoiles et donne exceptionnellement des autorisations pour les 4*. L’objectif étant d’inscrire l’archipel en tant que destination de qualité. En plus d’un climat ensoleillé à longueur d’année, les îles Canaries proposent une offre touristique structurée de qualité. Ce qui a permis à l’Archipel de profiter de la manne du printemps arabe et d’augmenter ses arrivées. Les contrats d’allotements signés à l’occasion avec les TO s’étendent jusqu’en 2020 et 2022. Une success story qui devrait inspirer le Maroc.

DNES à Maspalomas, Fatiha NAKHLI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc