Société

Lutte contre le cancer: Les biosimilaires bientôt sur le marché

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5154 Le 23/11/2017 | Partager
Sothema s’engage avec le russe Biocad pour la production de ces médicaments anticancéreux
Ils seront présentés au grand public la semaine prochaine

Prévention, détection précoce, recherche et prise en charge du cancer du sein au Maroc, ce sont les grands axes du Symposium initié par la Fondation Lalla Salma-Prévention et Traitement des cancers, qui a achevé ses travaux à Marrakech. A l’échelle mondiale, on estime que le nombre de cas de cancer va doubler entre 2000 et 2020 et presque tripler à l’horizon 2030.

Au Maroc, ce sont 30.000 à 40.000 nouveaux cas chaque année. Le nombre de malades atteints de cancer pris en charge est passé de 21.957 en 2009 à 200.000 en 2016, selon le Ministère de la Santé en marge de la Journée nationale de lutte contre le cancer grâce au Plan national de prévention et de contrôle du cancer (PNPCC).

Le chemin est encore long. Et la rencontre qui a réuni tous les acteurs de la lutte contre le cancer du sein (corps médical, chercheurs, société civile…)  souhaite aussi évaluer les insuffisances pour adopter une stratégie nationale plus efficace. Parmi les insuffisances, l’accès au médicament.

Les biosimilaires peuvent être une réponse. Ils ont vu le jour il y a une vingtaine d’années après l’expiration des patentes des premiers produits biotechnologiques et ils ont fait leur preuve dans le monde entier,  indique le professeur Alain Astier, vice président ESOP et directeur scientifique à Biotopic pharmaceuticals et chef de la pharmacie à l'Université Henri Mondore.

Le laboratoire marocain Sothema s’apprête justement à produire plusieurs médicaments biosimilaires pour le traitement du cancer en partenariat avec le géant russe Biocad. Ces médicaments seront «accessibles et efficaces», indique-t-on auprès de Sothema. Le laboratoire marocain a organisé, en marge du Symposium de la Fondation Lalla Salma, une rencontre pour les oncologues afin de présenter les produits et expliquer sa stratégie au Maroc et en Afrique.  L’entreprise marocaine, qui a déjà obtenu les autorisations nécessaires du ministère de la Santé, devra dévoiler sa stratégie au grand public  la semaine prochaine.

Le Trastuzumab sera probablement un des médicaments phares. Ce médicament est autorisé dans 20 pays et est en cours d’enregistrement dans 35 autres, en plus des pays européens et des États-Unis. Avec 35 laboratoires commettant sinternationaux et 6 unités de production spécialisées, Sothema, qui a aujourd’hui 40 ans d’existence, commercialise 300 spécialités  et vend plus de 60 millions d’unités. L’entreprise est présente en Afrique et exporte dans 4 continents.

100 millions de DH pour la lutte

Le Plan national de prévention et de contrôle du cancer  a permis à plus de 1,6 million de femmes de bénéficier du test de dépistage du cancer du sein (soit un taux de participation de 32,8%) en 2016, alors que 1.238 cancers ont été diagnostiqués. Pour le cancer du col de l’utérus, près de 216.196 femmes ont bénéficié du test de dépistage et 99 cas de maladie ont été détectés. Le budget alloué aux médicaments anticancéreux est passé à plus de 100 millions de DH en 2016, en plus de la contribution additionnelle allouée par la Fondation Lalla Salma.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc