Tribune

Violences à l’école, violences dans la société: Que faire sur le plan institutionnel?

Par Noureddine AYOUCH | Edition N°:5152 Le 21/11/2017 | Partager

Fondateur et président du conseil de surveillance du groupe Shem’s Publicité, Noureddine Ayouch est très engagé dans la société civile. Il a introduit au Maroc le microcrédit puis un an après l’éducation non formelle, un système d’éducation aux résultats opérationnels rapides et performants mais avec une ouverture importante sur les arts et le savoir-être. Entre autres engagements, il est membre du Conseil Supérieur de l’Education et de la Formation (Ph L’Economiste)  

Résumé: Les écoles vivent une double violence: après celle des enseignants souvent soutenus par les parents, est venue la violence d’élèves sur des enseignants. Ces parents ont abandonné l’éducation de leurs enfants, au point que Noureddine Ayouch se demande si nous aimons encore nos  fils et nos filles.

Mohamed Hassad, le ministre éphémère de l’Education nationale, avait commencé le redressement, d’abord en désengorgeant les classes dont il a limité les effectifs, en remplaçant les tables et les chaises détruites, en renvoyant certains directeurs des académies qui faisaient mal leur travail, en instaurant la langue française dès la première année scolaire du primaire et en luttant contre l’absentéisme. Il était sur la bonne voie.

La force remplace la science

Que sont devenus les prof’ qu’on admirait? Le teint blafard, la chemise ou le pantalon fripé, voire déchiré, la mine endormie, le visage malveillant et mal rasé… leur condition de vie a dégringolé. En plus, ils sont rejetés par la société. Une grande partie d’entre eux véhiculent un savoir à sens unique, avec Dieu comme seule voie du salut, promettant une place au paradis à défaut de construire une place ici-bas.

Ils ont commencé à frapper, à s’imposer par la force, ils ont étalé leur inculture devant des enfants perdus qu’ils ont cherché à conquérir à travers une religiosité affichée, bafouant leur intelligence et surtout paralysant leur émotivité, leur curiosité et leur désir d’apprendre. On a remplacé le savoir, la créativité, l’épanouissement et le désir d’apprendre, par les seuls versets qui parlent d’enfer aux tout petits.

On a abordé la science avec une absence de compréhension logique. On a remplacé la philosophie et la sociologie par du verbe coranique mais en oubliant d’expliquer le Coran et de faire aimer le bien, la tolérance, le don de soi et la générosité du cœur. On a enterré la relativité et mis à sa place le dogmatisme.  On préfère ânonner des textes mal appris et des connaissances limitées à l’enseignement civique. Ces nouveaux «maîtres» cachent leur incompétence par la violence. La religion infaillible sert d’arme pour anéantir contestation et réflexion. Tout lien entre les parents et les enseignants s’est distendu et souvent coupé.

Un autre enseignement

enfants-musee-052.jpg

La musique, le dessin, le théâtre et les ciné-clubs… ici une classe visitant le musée de la Photo à Marrakech. Tout cela nourrit notre intelligence. (Voir les recommandations pour les enseignants, L’Economiste du lundi 20 novembre) (Ph. AFP)

Rêvons de l’enseignement de la liberté de conscience qui respecte les croyants et ceux qui ne le sont pas, mais qui croit en l’homme et la femme… Ces valeurs seraient enseignées et notées pour passer d’une classe à une autre. Le comportement exemplaire de l’enseignant rejaillira sur le comportement de l’élève.

Préconisations pour le Ministère de l’Education:

Outre l’enseignement des valeurs, le Ministère devra:
1- Faire apprendre l’hymne national à tous les enfants en leur expliquant le sens de chaque mot.

2- Inculquer aux garçons un comportement irréprochable vis-à-vis de leurs camarades filles, en se comportant en égal avec elles sur tous les plans. Ne jamais les insulter ou les harceler et ne jamais laisser un autre garçon le faire. Les filles doivent aussi respecter les garçons et les traiter en égal.

3- Demander aux enseignants d’inculquer  aux enfants les règles d’éthique rigoureuses et de se comporter selon les valeurs qu’ils enseignent.

4- Se solidariser avec tous les enseignants agressés par des enfants ou leurs parents; sanctionner rapidement les manquements; protéger les enfants contre toute humiliation ou agression de la part de leur enseignant.

6- Une règle d’or incontournable: le Ministre doit lui-même superviser toutes ses mesures et évaluer tous les six mois leur rendu pour apporter les corrections nécessaires.

Préconisations pour le Ministère de la Culture:
1- Fournir des milliers de livres pour créer une petite bibliothèque dans chaque école ou faculté ; avec livres publiés par les éditeurs du Maroc ainsi que des essais et livres sur la philosophie, la psychologie, la sociologie, l’art et la poésie, choisis parmi les meilleurs sur le plan mondial.
2- Soutenir toute forme artistique de théâtre, poésie, valorisation et promotion du patrimoine architectural et les salons de livres régionaux à l’instar de ceux d’Oujda et Tanger.
3- Organiser des festivals de théâtre et de poésie dans chaque région du Maroc pour promouvoir l’art culturel marocain et universel.
4- Encourager tous les Marocains à créer des œuvres artistiques, dessins, théâtre ou films très courts, composer des poèmes et des nouvelles et lancer une semaine de la culture chaque année dans les écoles, les cafés, les lieux publics administratifs, les jardins et les théâtres  (comme en Finlande). Toute la population sera concernée.

Quelles valeurs enseigner

1- Publier une brochure des valeurs pour chaque niveau scolaire, du préscolaire à  la faculté. Les principales valeurs proposées à tous les niveaux scolaires seraient:

- Le respect absolu et la haute considération de l’enseignant. Le respect de l’école et des gens dans la rue.
- L’amour sans limites de ses parents, le respect total pour les sacrifices qu’ils font tout le temps pour l’éducation de leurs enfants. L’écoute et l’application de leurs conseils à tout moment de la vie.
- L’aide aux handicapés dans la rue.
- La solidarité avec les pauvres.
- Le soutien aux personnes âgées.
- La politesse envers tous les gens.
- Veiller à la propreté et l’embellissement de son école et son lieu d’habitation.
- Participer avec d’autres enfants au nettoyage et à la peinture de son quartier.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc