Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5135 Le 26/10/2017 | Partager

Gouvernement: Le grand balayage surprend tout le monde

L’affaire des ministres limogés par le Roi a provoqué une onde de choc. Les réactions de nos lecteurs (cf. notre édition du 24/10/2017)

■ Un exemple à suivre

cari_cl_035.jpg

Que cela serve d’exemple à tous et à tous les niveaux! Le Souverain a assumé ses responsabilités en limogeant les ministres et hauts fonctionnaires qui n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités. Néanmoins, les défaillances se situent sans doute aussi à d’autres niveaux et concernent également certains individus et groupes qui ont cru pouvoir profiter de la crise sociale pour semer la discorde et la division de la nation marocaine… Vive le Maroc uni et prospère!
 Moulay Rchid

■ Le nettoyage doit continuer!
Je n’ai jamais imaginé qu’un tel évènement se produise dans mon pays. Cependant, ceci ne doit pas être considéré comme une fin en soi mais plutôt comme les balbutiements d’un nouveau départ... En effet, notre pays a besoin d’un profond nettoyage qui doit toucher le parlement, les administrations et même les partis politiques!
Citoyen marocain

■ Sanction non méritée pour Hassad
Cette décision est injuste vis-à-vis de Hassad. Cet homme clairvoyant, honnête et efficace a en effet rendu bon nombre de loyaux services à la nation. Il a au final été éclaboussé par la lenteur et les négligences de tout un système.
Hamzaoui

Et Benkirane?
Cette initiative est excellente. Néanmoins, un «pistonné» a échappé aux foudres de la justice alors qu’il représente le premier responsable du gouvernement. Benkirane partageait la négligence de chaque département avec le ministre dirigeant ce dernier.
Taha

                                                                     

Responsabilité et reddition des comptes: Pour un Maroc de la dignité

Des ministres viennent d’être démis de leurs fonctions pour une gestion défaillante de projets structurants. J’ai personnellement ressenti l’événement comme un soulagement, une délivrance de souffrances.
Souffrances de voir souvent des responsables se considérer au-dessus de la loi, souffrances de les voir faire prévaloir leurs intérêts égoïstes sur ceux des citoyens et de la patrie, souffrances de les voir trahir la confiance placée en eux, souffrances de les voir insensibles aux conditions de vie parfois inhumaines de citoyens qui ne voient jamais aboutir les projets tant promis… Souffrances de les voir se rejeter constamment les responsabilités. Souffrances de les voir investir pour des postes eux qui, une fois aux commandes, n’investissent pas pour les citoyens. Souffrances de voir nos responsables se désintéresser du suivi et de la réalisation de projets destinés à lutter contre la pauvreté et l’exclusion. Souffrances de voir la dignité des citoyens bafouée par le désintéressement et l’indifférence des responsables.  La corrélation entre responsabilité et reddition des comptes est un appel au respect de la dignité des Marocains. Elle est un appel pour que la voie de l’humiliation et de l’indignité ne soit plus empruntée par nos responsables. Elle est un appel à la bonne gouvernance, à la  transparence, à l’initiative agissante et au professionnalisme. Elle est un appel à la crédibilité dans l’exercice de la responsabilité et du pouvoir. Elle est un appel pour que les projets structurants lancés à travers le royaume  aient un impact sur la vie des citoyens et soient à la hauteur des attentes du Roi et du peuple. La voie devant être résolument empruntée est aujourd’hui celle de la citoyenneté pleine et entière de tous les Marocains que Sa Majesté considère  «tous égaux, où qu’ils se trouvent et quel que puisse être leur statut social». C’est là tout le sens du «Roi-Citoyen ayant pris la juste mesure des réelles préoccupations de chaque Marocaine et de chaque Marocain, en s’enquérant de leur situation sur le terrain».
Dans la symbiose qui règne entre le Trône et le peuple et sur la base de nouveaux comportements, d’une éthique et d’une culture de l’action, du devoir, de la responsabilité et du dévouement au service de l’intérêt général, il nous appartient de «nous insérer dans une conscience collective nationale unique» pour l’édification du Maroc de demain. Le Maroc de la citoyenneté, de la dignité, de l’égalité, du respect du Droit.
Farid EL BACHA
Professeur universitaire

                                                                     

Tariq Ramadan accusé de viol: Les avis partagés

tariq_ramadan_035.jpg

■ Du grand n’importe quoi !
L’affaire Tariq Ramadan est particulièrement risible et tourne au grand n’importe quoi! En effet, pourquoi l’écrivaine a-t-elle attendu tout ce temps pour porter plainte? Par représailles? Il faut cesser cette mascarade qui n’a pas lieu d’être!
Alice

■ Un écrivain d’une grande probité
Tariq Ramadan est un monsieur d une probité sans faille. Au cours de sa carrière, beaucoup de ses détracteurs ont tenté de le briser mais en vain... Cette femme est sortie de nulle part et fait tout pour l’éclabousser! Sauf que cela n’a ni queue ni tête, d’autant plus que les faits qu’elle évoque remontent à plusieurs années!
Med

■ Le voile se lève
L’affaire Tariq Ramadan me laisse perplexe…Le voile semble s’être levé sur les «beaux parleurs»… Les actes en question seront bien sûr à vérifier, mais comment peut-on parvenir à véhiculer de telles contradictions comportementales? Quant aux valeurs cachées au fond de chaque individu, il vaut mieux ne pas en parler et attendre que chaque vérité personnelle soit révélée par des actes prouvés. A bon entendeur (…)!
O.R.

                                                                     

Casablanca: Plus dangereuse que jamais!

bus-transport-035.gif

D’après le récent classement publié par le site américain Numbeo, Casablanca représente la 13e ville la plus dangereuse d’Afrique et la seconde ville nord-africaine en termes de criminalité. Un constat qui n’étonne pas nos lecteurs, lesquels jugent la capitale économique marocaine plus dangereuse que jamais auparavant. Petit tour d’horizon. (cf. notre édition du 19/10/2017)
■ Un coupe-gorge à ciel ouvert
Casablanca est devenue un coupe-gorge à ciel ouvert… Une situation qui résulte des effets du chômage écrasant, de la pauvreté galopante et de l’analphabétisme plus présent que jamais! Le souci, c’est qu’aucune initiative sérieuse n’est entreprise pour tenter de changer la donne… Ayant vécu toute ma vie à Casablanca, je n’ose plus mettre le nez dehors aujourd’hui sauf quand c’est nécessaire.
Les agressions sont partout et ce fléau mérite d’être davantage médiatisé.
Abderrahim

■ Soyons sérieux!
Il est vrai que Casablanca est une ville dangereuse au niveau de certains quartiers… Néanmoins, comparé à l'immense majorité des villes africaines dont le Cap, Prétoria ou encore Lagos, il n’en est rien! Sans parler des territoires transformés en véritables zones de conflit, notamment au Mali et en Afrique centrale…. Sérieusement, sur quels critères est basé ce soi-disant classement?! Soyons sérieux!o
Youssef

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc