Habillage_leco
Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5084 Le 10/08/2017 | Partager

■ Grosse fusion dans les services de paiement

paiement_084.jpg

Méga-fusion dans le secteur des services de paiement. Le groupe américain Vantiv va racheter le britannique Worldpay pour 10,3 milliards d’euros. Objectif: créer un acteur mondial dans un secteur en recomposition. Le nouveau groupe, qui prendra le nom de Worldpay, sera valorisé à près de 22,2 milliards de livres et sera détenu à 43% par les actionnaires de Worldpay et à 57% par ceux de Vantiv et pourra réaliser des paiements pour 1.500 milliards de dollars et 40 milliards de transactions chaque année dans 146 pays et 126 devises. Son siège sera situé à Cincinnati aux Etats-Unis, quand à son HQ international, il sera installé à Londres. Les deux sociétés espèrent boucler la fusion début 2018 une fois obtenus les feux verts réglementaires ainsi que l’approbation des actionnaires.

■ La BAD garde son triple A

bad_084.jpg

La Banque africaine de développement (BAD) maintient finalement sa notation auprès de Fitch Ratings. L’agence de notation a tout de même failli réviser les perspectives de stables à négatives, en partie à cause d’une croissance rapide des prêts au cours des deux dernières années qui s’est traduite parallèlement par une augmentation rapide de l’endettement de la BAD. Cette notation fait ainsi de la BAD l’une des institutions les mieux notées d’Afrique. Pour Fitch, «la BAD jouit d’un soutien solide de ses 80 États membres, qui incluent 26 États hors Afrique dotés de notations financières élevées. La part du capital de la BAD souscrite par ces États, notamment les États-Unis, l’Allemagne et le Canada, compte pour 21% du total. Ce qui couvre la dette nette de la banque à fin 2016. Mais nos projections indiquent que ce ne sera pas le cas en 2019». Il faudra pour y faire face «une augmentation de capital ou que les prêts ne soient revus à la hausse», recommande l’agence.  

■ Disney arrête son partenariat avec Netflix

disney_084.jpg

Disney, le groupe de média et de divertissement, vient de mettre fin à son partenariat avec  Netflix. Suite à l’annonce de résultats décevants, le groupe a décidé de prendre lui-même en charge la diffusion en streaming de ses propres programmes. Pour ce faire, Disney compte débourser 1,6 milliard de dollars pour porter sa participation au sein de Bamtech de 33% à 75%. Il compte ainsi utiliser les ressources de la société, particulièrement son savoir-faire technologique, pour proposer en flux direct les programmes de sa chaîne sportive ESPN à partir de 2018 et lancer en 2019 un service de streaming auquel pourront s’abonner directement les consommateurs.

■ YouTube lance le partage de vidéo

youtube_084.jpg

Pour partager un contenu sur le net, il fallait obligatoirement passer par les réseaux sociaux ou via une messagerie externe. Aujourd’hui, YouTube permet à l’internaute de sélectionner plusieurs de ses contacts pour leur envoyer en ligne une vidéo accompagnée d’un petit message écrit. La startup vient d’intégrer un onglet «Partager» entre Abonnement  et Bibliothèque en bas de l’application telle qu’elle apparaît à l’écran du smartphone.

■ Les banques françaises en forme
Dix ans après la crise des subprimes (9 août 2007), les risques financiers s’apaisent. En tout cas, les banques françaises ont réalisé des performances solides et généralement bien meilleures que prévu au premier semestre. Ainsi, BNP Paribas a confirmé sa place de numéro un en France et en Europe avec un bénéfice semestriel de plus de 4 milliards d'euros, ajusté des effets exceptionnels (en amélioration de 15,5% sur un an). Il est à rappeler que la banque avait gelé en 2007 les retraits de ses clients dans trois fonds monétaires. Ce qui a donné le coup d’envoi d’une crise financière mondiale. Sur la liste des établissements bancaires, le groupe Crédit Agricole, qui regroupe l'entité cotée Crédit Agricole SA et ses caisses régionales, revendique un bénéfice net ajusté de presque 3,7 milliards (en hausse de 27%) et Société Générale de plus de 2,5 milliards (en hausse de quasiment 33%). Quant à BPCE, elle voit son bénéfice net ajusté s'effriter très légèrement, de 0,2% à 1,9 milliard. Ce qui masque toutefois les performances de sa filiale cotée Natixis qui a vu son bénéfice grimper de 30% à 917 millions d'euros.

■ Feu vert au rachat de Banco Popular par Santander
La Commission européenne a formellement autorisé mardi 8 août, le rachat annoncé en juin de la banque espagnole Banco Popular, alors au bord de la faillite, par sa compatriote Santander pour un euro symbolique. L'exécutif européen a conclu que «l'opération ne poserait pas de problème de concurrence dans l'Espace économique européen». Ce rachat s'était effectué dans le cadre d'un nouveau mécanisme d'intervention de la BCE: le Mécanisme de résolution unique (MRU). Actif depuis janvier 2016, c’est l'un des piliers du projet d'Union bancaire.

■ France: Un texte sur la moralisation de la vie politique
L'Assemblée nationale française devait adopter, hier mercredi, un projet de loi sur la moralisation de la vie politique, un des grands chantiers du président Emmanuel Macron. Le volet final de ce texte porte notamment sur la suppression de la «réserve parlementaire», une enveloppe financière que députés et sénateurs distribuaient jusqu'à présent aux communes et associations de leur choix. La semaine dernière, le Parlement a définitivement adopté les premiers textes de moralisation, interdisant notamment les emplois familiaux de collaborateurs, sujet qui a surgi durant la campagne présidentielle.

■ Le Qatar supprime les visas d'entrée pour 80 nationalités
Le Qatar (isolé par ses voisins pour son soutien présumé au terrorisme) a annoncé hier mercredi qu'il supprimait les visas d'entrée dans le pays pour 80 nationalités. Le but est de stimuler le tourisme et le transport aérien. Pour les ressortissants des pays bénéficiant de la mesure, il suffira de présenter à l'arrivée un passeport valide pour obtenir le droit d'entrer au Qatar. Les ressortissants de 33 pays auront le droit de rester dans le pays pendant 180 jours sans visa et ceux des 47 autres pays pourront y séjourner sans visa pendant 30 jours, période renouvelable une seule fois. A noter que les noms des 80 pays bénéficiaires n'ont pas été communiqués, ni la date à laquelle la mesure sera appliquée. La presse du Qatar indique qu'elle va concerner principalement les ressortissants de pays occidentaux.

■ Embargo: Le Qatar obtient un accord pour des couloirs aériens
Le Qatar, Bahreïn et les Emirats arabes unis sont parvenus à un accord sur l'ouverture de couloirs aériens pour faciliter les vols de la compagnie Qatar Airways, selon des sources de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Depuis deux mois, le Qatar est sous le coup d'un embargo de ses voisins du Golfe, dont l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn qui l'accusent de soutien au «terrorisme». Leurs frontières terrestres sont fermées au petit Etat gazier et l'accès à leur espace aérien avait été jusqu'ici sévèrement restreint. Les restrictions aériennes étaient un casse-tête pour les 2,4 millions d'habitants du Qatar, dont plus de 90% d'étrangers. De plus, les temps de vol étaient rallongés pour certaines destinations comme par exemple vers l'Asie du Sud-Est pour les nombreux travailleurs immigrés au Qatar.

■ France: Une voiture fonce sur des militaires en patrouille

attaque_france_084.jpg

Une voiture a foncé, hier mercredi matin, sur des militaires en patrouille dans une banlieue du nord-ouest de Paris, faisant à l’heure où nous mettions sous presse pas moins de 6 blessés. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, notamment pour «tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste». La France est visée depuis janvier 2015 par une vague d'attentats terroristes, pour la plupart revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), qui a fait au total 239 morts. Les derniers ont tout particulièrement visé les forces de l'ordre, sur des sites emblématiques.

■ Iran: Le président nomme 3 femmes dans son cabinet élargi
Très critiqué pour ne pas avoir désigné de femmes ministres, le président iranien Hassan Rohani a nommé deux vice-présidentes et une assistante spéciale dans son cabinet élargi. Massoumeh Ebtekar a été nommée vice-présidente chargée des femmes et de la famille, Laya Joneydi vice-présidente chargée des «questions juridiques» et Shahindokht Mollaverdi assistante spéciale chargée des «droits citoyens». Le cabinet élargi comprend donc une femme de moins que le cabinet sortant, qui comptait trois vice-présidentes et une assistante spéciale.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc