Dossier Spécial

Cités universitaires: Le dispositif s’étoffe

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5057 Le 04/07/2017 | Partager
67.800 lits pour loger les universitaires étaient disponibles en 2016
Des extensions, mais aussi création de nouvelles implantations
Le secteur privé est de plus en plus attiré par ce créneau
cite_universitaire_057.jpg

Le secteur privé commence à s’intéresser aux résidences universitaires avec une offre de qualité et un coût supérieur (Ph. Bayt al Maarifa)

Le parcours du combattant pour l’étudiant marocain commence tôt avec la recherche d’un logement adapté à ses besoins. Malgré l’élargissement de l’offre universitaire et de sa dispersion, il reste nécessaire pour de nombreux étudiants de se déplacer loin de leurs résidences habituelles pour poursuivre leur formation supérieure.

L’offre totale a connu une forte croissance lors de ces dernières années. Elle est passée de 41.000  à 67.837 lits lors des 5 dernières années, avec une forte accélération lors de  la dernière année, selon des chiffres issus du ministère de l’Enseignement supérieur.

La croissance se fait essentiellement à travers l’extension des cités universitaires existantes dans l’ensemble des universités mais aussi avec la construction de nouvelles unités à Tétouan, Nador, Safi et Taza, selon le ministère. Malgré cette offre pléthorique, seul un étudiant sur trois réussit à décrocher sa place dans les cités, preuve de la forte demande d’un côté et de la carence en logements de ce type.

cite_universitaire_2_057.jpg

Le nombre de lits des cités universitaires connaît une croissance exponentielle qui s’est accélérée lors des dernières années

L’arrivée du privé dans cette niche a permis depuis quelques années d’offrir une alternative aux étudiants même si les propositions restent relativement modestes avec environ 10.000 lits et un potentiel de croissance de plus de 50% sur le court terme. L’un des pionniers a été le groupe Chaâbi, via sa fondation, avec l’ouverture en 2005 d’une cité universitaire de près de 2.200 lits à Kénitra suivie par Tanger en 2007 et d’Agadir. Elle devrait atteindre à terme les 12.000 lits.

Un autre opérateur à s’être lancé est Loge-études, le premier à s’installer à Casablanca avec une résidence de 200 lits. Un autre acteur à s’être lancé est Dyar Al Madina, avec plus de 5.000 lits répartis entre les villes de Rabat, El Jadida et Meknès, en plus de Casablanca. Filiale du groupe CDG, il ambitionne de doubler son parc en s’implantant dans les villes de Tanger, Agadir et Beni Mellal, entre autres cités.

L’absence d’un cadre législatif approprié ne permet pas d’encourager l’entrée de nouveaux opérateurs ni le développement de ceux déjà en place. Dyar Al Madina a dû, pour se développer, baser son montage financier sur un accord avec les Universités qui lui offrent un foncier à faible coût, ce qui n’est pas toujours possible comme cela est le cas dans des villes comme Tanger. Seul un cadeau fiscal de la part de l’Etat pourrait aider à attirer des investisseurs potentiels et à baisser la charge financière finale au grand bénéfice des étudiants eux-mêmes, l’exemption de la TVA avec droit à déduction sur la construction des cités, résidences et campus universitaires réalisés par des personnes physiques ou morales n’étant pas suffisante pour développer cette activité.

Offre privée: Entre 700 et 2.200 DH le lit

Si dans les cités universitaires publiques le loyer reste symbolique et ne dépasse pas les 40 DH par mois, il peut atteindre dans les cités privées les 2.200 DH par mois, selon le standing et l’emplacement. Pour Dyar Al Madina par exemple, le tarif d’une chambre double est de 700 DH à El Jadida et Meknès. A Casablanca, il passe à 1.200 DH la chambre double et à 1.700 DH la chambre single. Mais l’offre est un peu plus étoffée. Outre le mobilier (lits, étagère de rangement, …), les chambres offrent une kitchenette, une douche, une connexion Internet et un câble de télévision. Ces cités privées disposent aussi de quelques commerces comme des papeteries, laveries et surtout d’une surveillance privée. 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc