Habillage_leco
International

Trump: L’heure d’un premier bilan

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5013 Le 28/04/2017 | Partager
Les 100 jours à la Maison-Blanche semés d'embûches
Budget, mur avec le Mexique, pression sur l'Alena…

Samedi 29 avril, cela fera 100 jours que Donald Trump est à la Maison-Blanche. Il a passé une semaine chargée avec l'examen du budget et la présentation de sa réforme fiscale. Les administrations fédérales américaines ne devraient pas fermer vendredi soir, les élus du Congrès s'apprêtant à adopter une loi budgétaire in extremis pour éviter toute paralysie.

Les présidents républicains des commissions des dépenses de la Chambre des représentants et du Sénat ont présenté un texte finançant l'Etat fédéral jusqu'au 5 mai, alors que les financements actuels expirent vendredi soir à minuit. L’acharnement de Trump pour son mur à la frontière mexicaine pourrait provoquer un «shutdown» (la fermeture des administrations fédérales).

Trump a de surcroît augmenté la pression sur une éventuelle sortie des Etats-Unis de l'accord de libre-échange nord-américain (Alena). Il a affirmé qu'il sortirait du traité avec le Canada et le Mexique s'il n'obtenait pas un «accord équitable lors de sa renégociation». C’est sur ce dossier qu’il a parlé avec son homologue mexicain Enrique Pena Nieto et au Premier ministre canadien Justin Trudeau.

La Maison-Blanche avait fait savoir que les trois pays signataires prévoyaient de «renégocier rapidement cet accord commercial», rapporte l’AFP. La présidence américaine tentait de calmer le jeu après que plusieurs médias américains ont affirmé que Donald Trump envisageait de se retirer rapidement de ce traité. Un décret présidentiel serait en préparation et pourrait être signé d'ici quelques semaines.

L'administration américaine a deux options: «soit demander une renégociation du traité, avec un préavis de 90 jours, soit annoncer sa sortie pure et simple avec un préavis de six mois». Elle peut aussi cumuler les deux. Ce traité de libre-échange, signé le 1er janvier 1994, a été qualifié à de nombreuses reprises de «désastre» par le président Trump.

Ce dernier s'est engagé pendant la campagne présidentielle à le renégocier, voire à l'abandonner. Selon lui, «cet accord commercial aurait causé la perte de millions d'emplois pour l'industrie sur le sol américain, ceux-ci ayant notamment été délocalisés au Mexique».
L'équipe Trump a durci le ton ces derniers jours contre le Canada. Elle a imposé des mesures tarifaires contre les importations de bois de construction canadien et a menacé de riposter à des décisions canadiennes qui nuisent aux producteurs laitiers américains. Le bois de construction et le lait ne sont toutefois pas couverts par les dispositions de l'Alena.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc