Habillage_leco
Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5006 Le 19/04/2017 | Partager

■ Suspendu à vie pour avoir “pincé les fesses” d'un arbitre
Main lourde. Le président du Club sfaxien (CSS) Moncef Khemakhem, qui s'était vanté d'avoir «pincé à deux reprises les fesses» d'un arbitre-assistant lors d'un match du championnat tunisien, a été «suspendu à vie de toute activité dans le football», a-t-on appris vendredi auprès de la fédération (FTF). «Nous avons décidé d'obtenir nos droits avec nos dents et nos doigts», s'était d'ailleurs vanté le dirigeant le 1er mars lors de son intervention sur la chaîne publique Wataniya le soir-même d'un match émaillé d'incidents et finalement remporté 3-2 à l'issue d'un scenario rocambolesque par son club contre l'Etoile du Sahel (ESS). «On a d'ailleurs eu notre cadeau», s'était-t-il ensuite félicité après avoir bénéficié d'un penalty inexistant en fin de rencontre. Tout sourire, il avait également ajouté qu'il avait «pincé deux fois les fesses» de l'arbitre-assistant «pour lui remonter le moral car il avait perdu le fil du match».

Une vidéo circulant sur Youtube immortalise les faits et le montre entrant sur le terrain pour se joindre aux protestations de ses joueurs après l'égalisation (2-2) de l'ESS sur un pénalty très sévère. Après avoir enlacé l'arbitre central, M. Khemakhem repart vers la ligne de touche, pouce levé à destination du juge de touche. Il lui fait alors la bise, puis, sans aucun doigté lui mordille l'oreille gauche avant de lui pincer furtivement la joue. La FTF a donc décidé «de suspendre à vie M. Khemakhem de toute activité dans le football, et de lui infliger une amende de 30.000 dinars» (12.000 euros)», selon un communiqué posté jeudi soir sur sa page officielle facebook. Pris la main dans le sac, le président du CSS est notamment accusé de «comportement dangereux et antisportif», «d'attentat à la pudeur» et «d'atteinte aux bonnes moeurs», est-il précisé.

■ Un bébé à huit bras et jambes opéré avec succès en Inde
Un bébé irakien né avec huit bras et jambes, dont deux sortant de son estomac, a été opéré avec succès en Inde pour enlever les membres en excès. Nourrisson de sept mois, Karam est né en Irak avec une condition extrêmement rare, dont seuls cinq ou six cas existent dans le monde. Dans l'utérus, deux jumeaux ont fusionné mais sans qu'un des foetus soit totalement absorbé. Le père de l'enfant, Sarwed Ahmed Nadar, a emmené son fils en Inde où des docteurs près de New Delhi ont enlevé les membres supplémentaires en trois opérations chirurgicales successives.

«Il nous a été amené alors qu'il n'avait que deux mois et son cas était assez unique. La plupart des chirurgies que nous avons utilisées n'avaient jamais été tentées auparavant», a déclaré à la presse Gaurav Rathore, un consultant orthopédique membre de l'équipe médicale. «Jusqu'ici, notre entreprise a été couronnée de succès. Karam est un jeune bébé très courageux. En fait, c'est un enfant très joyeux», a-t-il ajouté. Les chirurgiens de l'hôpital Jaypee de Noida, ville satellite de la capitale indienne, ont d'abord détaché les membres accrochés à l'estomac. Après avoir corrigé une complication cardiaque, ils ont pu procéder au retrait des autres membres. En grandissant, Karam nécessitera de nouvelles opérations chirurgicales pour corriger d'autres anomalies.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc