International

Coface alerte sur la hausse généralisée du risque politique

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4986 Le 22/03/2017 | Partager
Conflits, terrorisme, fragilité politique et sociale
Des dynamiques régionales contrastées
Niveau «moyennement élevé» pour le Maroc
indice_coface_086.jpg

Avec un score de 41%, le Maroc est classé au 67e rang. Son risque politique est moyennement élevé. Pour le premier trimestre 2017, Coface maintient sa note A4 sur les risques pays pour le Maroc. Cela signifie que les risques d’impayés des entreprises restent toujours convenables

Menace terroriste accrue, Etat d’urgence, crainte de cyberattaques après les piratages qui ont perturbé la campagne américaine, présidentielle française sous haute surveillance… Deux grands risques sont distingués: le risque sécuritaire (conflits et terrorisme) et la fragilité politique et sociale. «Si le premier empêche directement les entreprises d’exercer leur activité, le second a souvent un effet plus indirect, via la confiance», selon Coface qui vient de publier un nouvel indice risque politique dans 159 pays. La combinaison de ces deux grandes dimensions permet de présenter un classement du risque politique complet. Le score du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord affiche un niveau élevé (Afghanistan, Irak, Libye, Nigeria: 100%) et en augmentation depuis 2010 (+22 points pour le Liban, +20 points pour l’Egypte).

En Afrique subsaharienne, le risque s’accroît depuis 2013, notamment à cause des conflits qui découragent les investisseurs. Globalement, les composantes de l’indice confirment que le risque se répand:

■ L’indice de conflits: Il s’appuie sur l’occurrence des conflits, leur intensité et les types d’acteurs impliqués. Les pays en guerre figurent en tête du classement: l’Afghanistan, l’Iraq, le Soudan, le Nigeria et la Syrie. Le Mexique, en raison de la guerre des cartels, la Colombie, l’Algérie ou l’Inde ressortent aussi avec un niveau de risque élevé.

■ Le risque terroriste: Il a été multiplié par 2,8 depuis 2008 et est susceptible d’affecter la confiance des entreprises, des ménages et des investisseurs étrangers. La majeure partie des pays de l’OCDE engagés dans la lutte contre l’Etat islamique ont vu leur résultat augmenter entre 2011 et 2015. La France est la première économie avancée dans le classement avec un score de 77% (en progression de 24 points). Le risque augmente de même aux Etats-Unis (+23 points), en Australie (+27 points) et en Allemagne (+27 points).

■ L’indice de fragilité politique et sociale: Il tient compte de la nature du régime politique, de la fragmentation ethnique et linguistique et des libertés politiques et droits civiques. Mais aussi des pressions et instruments du changement. Entre 2007 et 2015, la hausse est particulièrement marquée dans les pays de la Communauté des États indépendants (CEI) et en Amérique latine.

■ Les pays avancés au défi de la vague populiste: L’analyse de Coface montre que les pays où la pression du populisme atteint le niveau le plus élevé sont le Royaume-Uni (73%) et la France (70%), avec une part significative de thèmes liés à l’ordre public. Ensuite viennent l’Autriche (64%) et les Pays-Bas (63%), avec une portion importante liée à la méfiance vis-à-vis du multiculturalisme.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc