×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Visions

Par L'Economiste| Edition N°:1010 Le 04/05/2001 | Partager

Qu'il est difficile de sortir de sa chrysalide! La société marocaine passe d'un système de développement assisté, organisé par le pouvoir central, à un système multipolaire, qui distribue plus largement les pouvoirs et les responsabilités. Beaucoup parmi les acteurs économiques et les citoyens se sentent perdus. Autrefois, ils se déchargeaient de ces responsabilités, comme les enfants mineurs le font avec leurs parents, quitte à critiquer vertement les limitations de liberté et de démocratie. Aujourd'hui, finie la ligne directrice; fini aussi le confort de la critique sans avoir en face la responsabilité de faire soi-même ou en groupe. Et comme un défi ne vient pas seul, il faut en plus s'occuper de la globalisation, de la mise à niveau, des problèmes sociaux, des nouveaux mouvements politiques... Quel courant d'air que cette perte des confortables références anciennes quand il faut se forger tout seul des références nouvelles.C'est ce «tout seul» qui est la sortie de la chrysalide, un moment de l'histoire des Marocains si difficile à vivre. Rien d'étonnant donc que pour une part de la population, pas toute heureusement, cette phase soit ressentie comme un «manque de visibilité»: il faut avoir de l'imagination pour fabriquer une vision du Maroc de demain, laquelle n'est plus forcément la même que celle du voisin. Tout le monde n'y arrive pas du premier coup. Surtout quand on sort de décennies d'assistance et que le gouvernement, qui pourtant est le leader plus ou moins démocratiquement désigné, reste trop souvent muet sur sa propre vision. Avec cette stratégie, s'il se fait grignoter des parts de son marché politique par ceux qui ont l'initiative de proposer des visions, le gouvernement n'aura récolté que ce qu'il a semé.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc