×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Tour du monde

    Par Meriem OUDGHIRI| Edition N°:5500 Le 22/04/2019 | Partager
    meriem_oudghiri.jpg

    Des laveries écolos qui ont sauvé des oasis au Maroc. Des clowns pour former à l’éducation environnementale en Argentine. Des pneus usagés transformés en œuvres d’art au Nigéria.

    Des huîtres pour purifier l’eau du port de New York. Une entreprise sud-coréenne crée les premières pailles comestibles au monde... Toutes ces histoires et d’autres montrent aujourd’hui qu’il est possible d’aller au-delà de la constatation des problèmes liés aux déchets et à la pollution pour s’intéresser aux solutions innovantes et impactantes. A grande comme à petite échelle, des solutions pour faire face et préserver la biodiversité.

    De la Toscane à Séoul, de Casablanca à New York, de Beyrouth à Genève, les lecteurs découvrent dans leur langue des initiatives concrètes dans d’autres parties du monde pour combattre le changement climatique, protéger la vie terrestre et sous-marine.

    C’est justement ce tour du monde que vous propose aujourd’hui L’Economiste et ses 18 partenaires médias de référence mondiale à travers un spécial inédit (voir notre cahier central).

    Une opération unique en son genre qui apporte avec elle une sorte de révolution culturelle de l’information: montrer que changer le monde appartient au domaine du possible. Elle permet de donner des idées à des entrepreneurs, et offre de sérieux coups de pouce aux porteurs de projets. Car plus on partage, plus on essaime et plus les solutions ont des chances d’être dupliquées, financées et soutenues.

    Grandes, moyennes ou petites, les entreprises marocaines doivent être prêtes à innover et à s’ouvrir à des partenariats innovants et parfois inattendus. Le «green business» ne doit plus être un simple slogan, mais un état d’esprit. Il faut aussi comprendre qu’il peut être un formidable relais de croissance. Une sorte de contrat gagnant-gagnant pour le salut de notre planète et des générations futures.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc