×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Sursaut

    Par L'Economiste| Edition N°:4680 Le 05/01/2016 | Partager

    En tourisme, le branding est un exercice difficile et les impératifs de Com, un éternel recommencement. Sur ce front où le contenant est tout aussi important que le contenu, le véritable danger n’est pas tellement le risque de perception sécuritaire où le Maroc est logé à la même enseigne que l’ensemble des marchés touristiques mondiaux. Il est plutôt dans la capacité du secteur à innover, à rassurer sur la gouvernance, à balayer ces soupçons -récurrents ces dernières années- d’un manque de pilotage et de vision au niveau politique. Bref, d’un secteur qui ne fait plus rêver, et  des acteurs qui attendent un peu plus d’ambitions pour se mobiliser.  Ce qui nourrit la demande c’est la capacité  de l’activité à proposer une offre continuellement régénérée, à lutter contre la standardisation et l’uniformisation, lesquelles tuent l’imaginaire du touriste et ne le font  pas revenir. Et pourtant, indépendamment d’une conjoncture internationale en ébullition, les perspectives restent alléchantes.
    L’organisation mondiale du tourisme table sur 1,5 milliard de touristes en 2020. Le Maroc est-il prêt à aller vers de nouvelles conquêtes ou continue-t-il à surfer sur les légendes d’antan? Au-delà du Core-business de Marrakech et du balnéaire saisonnier, au-delà aussi de la rhétorique poule-œuf  (ou par analogie, open sky-promotion touristique) sur les fondements originels des arrivées touristiques,  que prépare-t-il véritablement  pour rendre l’ensemble de ses territoires attractifs? Pour s’adapter à la poussée fulgurante de la technologie qui pose de nouveaux défis, de quasi-changements de rupture? A commencer par l’avènement de la désintermédiation numérique.  Les questionnements existentiels ne sont pas loin, pour ne prendre que l’exemple des voyagistes qui doivent composer avec le rouleau compresseur des réservations en ligne. Le tourisme a en réalité besoin d’un sursaut autant que de... Com.
     

    Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc