×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Simplification

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5210 Le 15/02/2018 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Le nombreuses administrations sont rattrapées par un vaste chantier de dématérialisation du service au public. Même si le basculement au tout numérique, comme pour les déclarations d’impôts par exemple, demande des phases de transition et de pédagogie, et même si certains guichets doivent accorder leurs violons pour parler le même langage, on s’en voudrait de faire la fine bouche.

    Pourvu que la cadence des chocs de simplification se maintienne. Un seul chapitre n’a pas été ouvert pour l’heure: l’hôpital. Les lourdeurs à la santé publique se portent encore trop bien. Pour ne prendre que quelques radioscopies, la Cour des comptes et la Banque mondiale ont pointé de manière assez nette deux sources de la crise dans ce secteur: mauvaise gouvernance et corruption.

    Le Maroc se classe par ailleurs au 81e rang WEF pour la santé et l’éducation de base. Vraisemblablement, cela ne suffit toujours pas pour provoquer un électrochoc.

    Les ministres se succèdent mais échouent les uns après les autres, incapables de dénouer le moindre nœud. Depuis des années, la réforme s’est bien entichée d’un vocabulaire assez rempli (carte sanitaire, autonomisation, «projet d’établissement hospitalier», «Plan accueil», «référencement»), mais qui a fini par s’anesthésier par l’absence de résultats visibles pour la population.

    Le modèle des hôpitaux de la fondation Khalifa a apporté un peu de nouveau dans la gestion, qualité d’accueil et de soins. Ils n’arrivent cependant pas à disséminer les bonnes pratiques à l’ensemble de l’écosystème.

    La mise en norme est sans cesse repoussée, exemptée d’une évaluation et surtout de décision à l’aune des prestations servies et des activités. Un échec qui montre bien qu’à l’hôpital, la simplification est pour l’heure... compliquée.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc