×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Secousse

Par L'Economiste| Edition N°:3167 Le 10/12/2009 | Partager

Le ministère de l’Habitat, via la holding Al Omrane, vient de lancer un appel d’offres international pour la construction de logements sociaux à 140.000 DH et d’autres en direction de la classe moyenne. Si cette opération aboutit, elle sera vécue comme une véritable secousse par les promoteurs marocains qui vont devoir se mesurer à leurs homologues internationaux. Un test grandeur nature qui ne manquera pas de titiller surtout ceux qui n’ont pas manifesté d’enthousiasme envers le logement social jugé non lucratif. D’ailleurs, certains parmi les plus gros ont préféré investir d’autres segments plus rémunérateurs, comme le résidentiel touristique et le luxe. L’étude McKinsey, révélée en exclusivité par L’Economiste, a montré l’ampleur des marges en vigueur dans ce secteur.Visiblement, Hejira est conscient des enjeux et veut leur démontrer le contraire en faisant jouer la concurrence internationale dans toute la filière, y compris chez les architectes et l’ingénierie. L’objectif inavoué est de tirer l’immobilier marocain vers le haut. Et pourquoi pas les coûts et les prix vers le bas. Ne resteront sur le créneau que ceux qui font preuve de professionnalisme. D’ailleurs, qui n’a pas acheté un appartement neuf sans recourir avant d’y habiter qui au plombier, qui au menuisier, qui au maçon… On a construit des immeubles sociaux partout sans prévoir des espaces verts et de loisirs. En tout cas, avec l’arrivée des promoteurs étrangers, c’est le Maroc qui gagnera sur les plans de la qualité urbanistique et architecturale. En attendant, il faut le reconnaître, et les dépenses fiscales, chaque année, le démontrent: c’est le secteur immobilier qui profite le plus des exonérations. Et pour quels résultats! Car, jusqu’ici, les promoteurs immobiliers concentrent leur énergie sur les avantages fiscaux. Mais ne font pas grand-chose, à quelques exceptions près, pour le respect des délais de livraison, la lutte contre l’informel et la pagaille dans la VEFA, les fameuses ventes sur plan.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc