×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Re-pluie

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5362 Le 02/10/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

     

    Et voilà que ça recommence! Les milliards re-pleuvent dans les discours officiels. Ici c’est pour les routes; là c’est pour «le social» ou l’école… dont on ne voit toujours pas les résultats sur le terrain – sauf les impayés-… Quant au «social» il y a lieu de tout redouter si l’on considère les dérives de sens et d’objectifs que le CESE est en train de développer.

    Les observateurs ont-ils tort lorsqu’ils disent que cela rappelle l’ADN istiqlalien, mis en œuvre par exemple lors du mandat Abbas El Fassi: distribution massive et déséquilibrante de revenus dans la fonction publique, sans résultat ni pour la croissance, ni pour l’équité. 

    On aurait aimé au contraire retrouver sous les plumes du Conseil économique, social et environnemental, la même fermeté et profondeur acquises avec des rapports comme celui sur le Sahara ou sur l’état des lieux dans le droit du travail.  C’est bien dommage que les pôles d’évaluation institutionnels glissent ainsi.

    Qui reste-t-il en dehors de la Banque centrale ou la Cour des comptes? Là les chefs ont l’indépendance et la force morale pour jouer pleinement leur rôle, pour dire leur mot.  Qui les écoute? Pourtant le désastre politique d’Al Hoceïma n’est pas si loin: des centaines de millions y ont  été dépensés sans un regard sur les résultats, alors que des politiciens, des PAMistes pour l’essentiel, promettaient d’autres dizaines de milliards sans rime ni raison.

    Et voilà que c’est le gouvernement qui recommence  à aligner les milliards dans les discours, croyant peut-être rétablir la confiance économique. Or il sème des promesses que nul ne peut tenir, et qu’aucune personne sensée ne devrait faire. Les citoyens ne sont pas des nigauds.

    On sait tous qu’il faut changer les modes de penser, qu’il faut aller vers des dépenses efficaces pour les gens.  Alors de grâce, arrêtons cette manière de faire ce genre de politique, qui ruine les espoirs de la Nation et de ses habitants!

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc