×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Palestine

Par L'Economiste| Edition N°:2427 Le 21/12/2006 | Partager

Les Palestiniens sont au bord de la guerre civile, alors même que leur autonomie n’est pas assurée.Les élections ont donné la majorité au Hamas, un groupe pas vraiment démocratique, dont les options se sont avérées catastrophiques pour le peuple palestinien. Voilà qui dément le mythe américain selon lequel la démocratie est la solution unique et parfaite à tous les problèmes, toujours et partout. Il faut dire qu’Israël et les Etats-Unis ont tout fait pour affaiblir l’OLP, ne réalisant peut-être pas qu’ils allaient avoir affaire à un ennemi encore plus irréductible. Il faut garder à l’esprit qu’on est là dans la région des «grandes manipulations». Israël estimait que pour bien négocier avec le Fatah, il fallait d’abord l’affaiblir, ce qui fut fait. Mais cela a donné le plus démocratiquement du monde la majorité au Hamas. Les Etats-Unis, l’Europe et Israël déclarèrent cette solution totalement inacceptable et refusèrent de traiter avec le gouvernement issu des urnes. L’Autorité palestinienne était ainsi mise à genoux. Mahmoud Abbas en décidant d’organiser de nouvelles élections espère obtenir une majorité acceptable par les Etats-Unis, l’Europe et Israël. Néanmoins, au point où en sont les choses, la vraie question est de définir quelle majorité serait réellement acceptable et si elle peut effectivement être une sortie de crise pour les Palestiniens.Ces dernières années, la tendance, autant aux Etats-Unis qu’en Israël, est de poser des exigences extrêmes, mais à très court terme et se préoccupant peu des conséquences sur les populations concernées.De nouvelles élections en Palestine écarteraient peut-être le Hamas. Mais, quel que soit le gouvernement palestinien qui sortirait des urnes, ce n’est pas lui qui aura les clefs de la région. En effet, rien n’indique qu’Israël ou les Etats-Unis aient changé leur vision de cette région. Au contraire: ils ne veulent pas d’un Etat palestinien autonome et surtout viable.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc