×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Logiques

Par L'Economiste| Edition N°:1574 Le 04/08/2003 | Partager

Les diplomates marocains ont réussi à sauver les meubles devant le Conseil de sécurité, mais la situation n'en demeure pas moins difficile.Le Maroc ne peut pas abandonner le Sahara: l'opinion publique marocaine ne l'admettrait pas, mais, à terme, le processus Baker donne quasiment le pouvoir au Polisario. Enfermés dans cette logique, nous allons vers des jours bien difficiles.Pour en sortir, il faudrait changer complètement la donne de manière à imposer une logique différente.Feu Hassan II y avait recouru deux fois de manière déterminante: d'abord en organisant la Marche Verte, ensuite, lorsque la Mauritanie s'était retirée. Ainsi, en 1975, alors que l'Espagne avait engagé un processus excluant le Maroc, la Marche Verte avait radicalement modifié les données, obligeant ainsi Madrid à négocier avec Rabat. De même lorsque les manoeuvres ennemies avaient poussé la Mauritanie à se retirer, le Maroc ne s'était pas laissé enfermé dans la logique qui se dessinait.Actuellement, le Maroc pourrait modifier le cadre de référence qu'on veut lui imposer par une réforme constitutionnelle audacieuse: organiser un référendum d'autonomie au Sahara marocain. Cette offre pourrait être soumise aux électeurs le plus démocratiquement du monde. Il sera difficile par la suite d'ignorer cette nouvelle réalité démocratique, car l'autonomie sera administrée par les représentants démocratiquement élus des habitants du Sahara marocain. La communauté internationale ne pourrait pas ignorer cette nouvelle situation. Si le Polisario veut entrer dans ce processus, il faudrait qu'il négocie avec les autorités autonomes du Sahara et qu'il vienne s'intégrer dans la formule telle que posée par le Maroc.Au pire des cas, cette démarche nous ferait entrer dans un nouveau processus de négociation, parti pour durer longtemps. Au mieux, elle organiserait l'autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine, telle que la perçoit le Maroc.La situation la plus dangereuse est de rester sur la défensive, enfermés dans la logique que l'on cherche à nous imposer.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc