×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Leur histoire

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:4836 Le 16/08/2016 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg

    Les Marocains ont été surpris de lire les rapports américains sur le Maroc. Ceux qui vivent ici savent bien que ces rapports sont fallacieux. Mais pour les Etats-Unis, la vérité importe peu. Ce qui compte, c’est de noircir peu à peu l’image du pays que l’on veut diaboliser.
    Le processus est connu, utilisé maintes et maintes fois par Washing-ton. Associations, think-tank… fabriquent, à coups de bourses de recherches, l’image noire attendue. Dans le contexte géopolitique, que signifient ces pratiques?
    Elles disent que le projet américain de «restructuration» du monde arabe est toujours en marche. Après avoir «restructuré» l’Irak, la Syrie, après avoir manqué de peu l’Egypte (à laquelle ils n’ont pas renoncé), le Maroc est dans le collimateur.
    Il faut le savoir: les Etats-Unis ne sont plus une puissance amie. Washington ne nous veut que le «bien» qu’elle nous destine, c’est-à-dire l’anarchie et la destruction: leur fameuse «destruction créatrice», qui écrase aujourd’hui les Irakiens, les Afghans… qui meurent par centaines de milliers.
    En dépit de leur puissance technique, la compréhension  américaine du monde est simpliste. Le monde arabe est «un facteur de désordre car il refuse la démocratie». Donc, ils font d’abord tomber tous les systèmes politiques, puis ils soutiennent tous les petits groupes contestataires et violents. De cette déstabilisation surgira,  peut-être, un jour, une nouvelle force politique…. Ils ne nous perçoivent pas comme des acteurs de notre histoire, mais comme des objets de leur histoire. Devant une telle menace, le Maroc a intérêt à développer au maximum une communication efficiente et crédible sur tout ce qui positive l’image du pays et de la société.
    Au stade actuel, c’est encore à ce niveau qu’est l’enjeu. Il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc