×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Léthargie

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4739 Le 29/03/2016 | Partager
benabid_edito_2016.jpg

 

Le gouvernement va livrer demain sa nouvelle boîte à outils pour réveiller la formation professionnelle. Difficile de se défaire d’un soupçon d’effet catalogue vu la profusion d’intentions et surtout l’incertitude autour des modes opératoires pour rattraper le retard. Tellement d’attentes chez les entreprises, chez les candidats à l’emploi mais tellement d’annonces aussi, tellement de promesses sur ce dossier. Au point de ridiculiser la portée de la communication politique autour de de ces réformes. Sur ce sujet, le mal est profond et touche l’ensemble des filières.
L’éducation conditionne en principe les parcours professionnels. Au Maroc c’est vrai, mais en partie seulement. Quel est donc ce système horrible qui accueille des enfants qui ont soif de savoir à la maternelle, pour en faire des années plus tard des zombies qui ont hâte de le quitter au plus vite  pour alimenter l’un des records mondiaux en matière de décrochage scolaire?
Les diagnostics, y compris lorsqu’ils prennent des proportions dramatiques, produisent aujourd’hui des signaux très faibles. Il faudra pourtant bien continuer de s’occuper de ce dossier. C’est même une question de survie pour d’autres stratégies qui  commencent à bien tourner même si elles n’atteignent pas leur taille critique.
La manne de l’investissement n’arrivera pas à elle seule à lancer un vrai trend de croissance si elle ne s’accompagne pas de gains de productivité.  Face à ces enjeux, nous avons perdu beaucoup de temps et de moyens. Que l’on ne se trompe guère: ce n’est pas à coups de millions ni à coups de milliards que l’on créera des couloirs pour le redressement. Si c’est le cas, les 25% du budget et 5,5% du PIB que consomme chaque année  l’éducation au Maroc auraient pu la sortir depuis longtemps de sa léthargie.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc