×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Le PAM

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5467 Le 06/03/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Quand un parti politique veut prendre le contrôle de l’information, quand il veut en exclure ses propres électeurs, il met en danger la démocratisation, dans tout le pays (voir l’éditorial de Mohamed Benabid, L’Economiste du lundi 4 mars 2019).

    Le mauvais accès à l’information renforce les inégalités: les plus faibles sont affaiblis par l’indisponibilité du savoir.

    Parce qu’ils ont la capacité d’évoluer, les Humains ont constamment besoin de vivre dans un bain d’informations. Le Coran le prescrit.

    Un prix Nobel, Amartya Sen, a montré le lien organique entre la lutte contre la pauvreté et les «capabilities», les capacités/compétences/habiletés de chaque personne. 

    Développer ses propres capabilities ne se fait que par l’accumulation d’informations et des liens que l’on arrive à faire entre elles.

    Mieux les habitants sont informés, mieux ils gèrent leurs propres affaires et les affaires collectives. Ceux qui ont le plus besoin du bain d’informations, sont les plus démunis. Les autres auront toujours les relations ou l’argent qu’il faut pour accéder aux données et savoirs qui les intéressent.

    Plus encore que l’argent ou le style de vie, la maîtrise de ces capacités et compétences issues de l’information dresse une Muraille de Chine entre ceux qui savent et les autres. Les neurosciences viennent de découvrir que plus on sait, plus on a de chance d’apprendre encore. Le processus est cumulatif. Les statistiques sont claires: ce ne sont pas les parents pauvres qui fabriquent des pauvres, ce sont les parents analphabètes.

    Or voilà que, 3 fois de suite, la présidence de la Chambre des conseillers (PAM) s’oppose ouvertement à l’information des citoyens: commissions à huis clos, loi sur l’accès à l’information (pour laquelle le Maroc a pris des engagements internationaux) et maintenant, il traîne devant la justice des journalistes qui ont fait leur travail, plus un élu syndicaliste, dont la liberté est doublement protégée par la loi.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc