×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    La dignité

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5473 Le 14/03/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Son notaire n’ayant pas fait correctement son travail depuis 2006, le client se retrouve, en mars 2019, avec un rappel colossal d’impôts locaux pour un appartement vendu 13 ans plus tôt.

    Donc, automatiquement saisie de son compte bancaire et de sa voiture. Cette personne se retrouve par conséquent avec un gros problème chez sa banque: elle devait prélever directement sur son compte le paiement de l’électricité, du téléphone et du crédit de la voiture (saisie). La banque a mis du temps avant d’expliquer, oralement, ce qui  était tombé sur la tête du client.

    L’histoire n’est pas encore finie. Le notaire, lui, a remis un dossier à son client, qu’il a porté au fisc. Lequel accepte d’étudier la «doléance». Il y en aura pour trois semaines ou un bon mois.

    La cascade d’humiliations, devant ses enfants et ses collègues,  a rendu tout gris et sans cesse au bord des larmes, ce cadre des TIC qui a grimpé l’échelle sociale barreaux par barreaux, grâce à son travail.

    C’est totalement révoltant.

    Ni pour la négligence, ni pour le pretium doloris (le prix de la souffrance), il n’y aura de sanction contre le notaire. L’Ordre des notaires, très divisé, pense encore de manière féodale: sanctionner nuit à l’image alors que, de toute évidence, c’est l’absence de sanction qui détruit la réputation de tous les bons notaires.

    Rappelons qu’un système féodal protège toujours les  puissants, bien installés, alors que le libéralisme, lui, fait de chacun le responsable de ses actes et reconnaît le mérite plus que le sang. Beaucoup de professions n’ont pas vu passer le temps...

    Ne rêvons pas, ce ne sont pas les corps professionnels qui feront avancer la machine. Même si après les élections, il existe une onction royale, ce sont les élections qui comptent. Du coup personne ne veut effrayer ses électeurs et chacun vend l’immunité contre une voix.

    Que devient une Nation quand les gardiens de la dignité des gens marchandent leurs fonctions?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc