×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:269 Le 27/02/1997 | Partager

    Lors du colloque organisé dernièrement à Rabat par Euromoney, les participants étrangers ont eu le sentiment qu'il y avait beaucoup d'hésitation s'agissant de la poursuite du processus de privatisation. Sont cités notamment l'ONPT et la RAD.
    L'impression de désordre et de cacophonie résulte des discours contradictoires tenus par les uns et les autres.
    Pendant que le gouvernement affirme la poursuite de la politique de privatisation qui est un choix stratégique, des dirigeants d'entreprises publiques déclarent qu'il n'en sera rien.
    Ainsi, le doute est jeté sur la capacité du gouvernement à maîtriser les centres de pouvoir que sont devenus certains établissements publics. Des établissement publics affichent maintenant des bilans bénéficiaires avant la clôture de l'exercice, sans soumettre leurs comptes à l'audit ni même au commissariat aux comptes. Les chiffres avancés sont devenus des instruments de pression et de négociation. Les mêmes établissements avaient pendant des décennies affiché des résultats négatifs.

    Tout cela est malheureusement grave. C'est l'économie du pays qui est en jeu. Les groupes d'intérêts résistent et ils le font avec de plus en plus de force au point de menacer de paralysie la politique gouvernementale.
    Le gouvernement donne l'impression d'être en désarroi, il n'a plus la maîtrise de ses outils traditionnels.
    Le Maroc a voulu faire sa révolution économique en utilisant les hommes en place. Mais de telles attitudes finissent par jeter le doute sur la capacité de certains dirigeants du secteur public à conduire avec loyauté le processus de privatisation.

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc