×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:202 Le 02/11/1995 | Partager

Le Maroc a pendant longtemps reçu dans un système qui sanctionne peu ou pas du tout l'incompétence et même la malhonnêteté. Cependant, depuis 2 ans, dans une partie du secteur public comme dans des grands groupes privés ou récemment privatisés, c'est le nettoyage. On aurait aimé appeler cela "opération mains propres", mais malheureusement il faut se contenter de l'appeler "opération savon".
Des hommes nouveaux arrivent aux commandes, avec parfois des feux de l'actualité braqués sur eux. Partout c'est la même mission: le ménage + la relance. Pour la première partie du travail, les choses sont finalement assez faciles. Compétence et honnêteté y pourvoient. Pour la 2ème étape, ils peinent davantage. Ce n'est pas que la tâche soit hors de leur portée, c'est qu'il n'arrivent pas à en finir avec le nettoyage. Leur poubelle est là, impossible de la passer par le vide-ordures.
Hassad à la RAM, a dû se contenter de dire qu'il va réclamer à son prédécesseur, l'argent détournée pour usage personnel. Comment peut-il après cela exiger que ses employés travaillent à la qualité totale.

Laâlaj à l'ONCF est-il à l'aise pour expliquer les licenciements alors que l'autorité ne s'est pas préoccupée de savoir comment est-il possible que le déficit atteigne 3,8 milliards de DH?
Benhima à l'ONE est-il serein quand ses procédures budgétaires l'obligent à demander permission pour tout alors que le COS-ONE prélève un pourcentage sur le C.A. et que la destination et l'usage de ces sommes colossales ne sont contrôlés par personne?
Il n'est nul besoin d'être grand Clerc pour savoir qu'un système qui ne sanctionne pas la malhonnêteté et l'incompétence épuise la société au sein de laquelle il se développe et lorsque cette société veut changer de système, il lui faut engendrer des valeurs différentes. Et aloès dans ce domaine, les discours ne suffisent pas, il faut prouver que le mécanisme des sanctions-récompense est en place et qu'il ne souffre d'aucune exception.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc