×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:31 Le 28/05/1992 | Partager

    Une première partie du Code du Travail vient donc d'arriver à la Chambre des Représentants.

    Les spécialistes ont du mal à taire leur déception bien qu'ils soulignent que l'important est que le projet, promis depuis plus de quinze ans, sorte enfin de ce qu'il est convenu d'appeler les procédures administratives. Chaque année pour le 1er Mai, chacun des Ministres du Travail, nous a scrupuleusement promis la refonte des dispositions du Droit du Travail, dans un Code unique et modernisé.

    La déception est cependant bien réelle.

    Plusieurs points discutés lors du Dialogue social, sont absents du projet de texte. Les lenteurs des procédures ne se justifient donc pas par une recherche minutieuse des attentes de la société marocaine, aussi bien pour la modernisation des rapports sociaux que pour la promotion de l'emploi. Dans cette première partie, en effet, les dispositions proposées ne sont pas révolutionnaires par rapport aux anciennes.

    Mais qu'à cela ne tienne! Ce projet n'est pas le lieu pour demander compte de la productivité administrative.

    Ce qui n'a pas été fait par les administrations devra être étudié au niveau de la Chambre. C'est son rôle.

    Il est de loin préférable d'avoir des débats serrés, portés sur la place publique comme ceux des experts comptables ou des architectes, au mécanisme, trop fréquent, qui veut que les administrations s'abstiennent d'agir de crainte de voir leurs projets décortiqués par la Chambre.

    Restent deux conditions à remplir: que la Chambre se montre diligente et que ses membres acceptent l'éclairage de techniciens. Les Représentants ont depuis longtemps le budget ad hoc...

    L'ECONOMISTE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc