×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Honnête truanderie

Par Nadia SALAH| Edition N°:5795 Le 02/07/2020 | Partager
nadia_salah.jpg

Il y a 20 ans la Commission Meziane-Belfkih, la COSEF, avait posé un principe: un enfant sur cinq ira dans l’enseignement privé. Pourquoi une personnalité aussi soucieuse du service public que le fut Abdelaziz Meziane-Belfkih, avait-elle soutenu une telle mesure?

Tout simplement, parce que l’Etat devait être allégé d’une partie de ses charges ordinaires pour pouvoir rendre d’autres services publics, la recherche ou la santé par exemple. Le Maroc n’est pas seul concerné: c’est une obligation pour l’ensemble du continent.

Au Maroc, chercher l’apport privé, il y a deux décennies, aurait été tout juste dans les temps. Aujourd’hui, on est très en retard.

Il est vrai qu’il y a une petite truanderie dans cette affaire. Au réel, sortir 20% des enfants du public c’est faire payer l’école deux fois à leurs parents: une fois au comptable de cette école et une fois au Trésor public, dans les impôts. Mais vu l’objectif collectif c’est, dirons-nous, une honnête truanderie.

Et puis, de toute façon, le Maroc n’avait pas, n’a toujours pas le choix. On déplore que la politique de l’éducation n’ait pas été mieux faite et mieux comprise par ceux-là même qui la servent.

Les dérives que l’on voit aujourd’hui sont les filles de cette incurie et de ces résistances. Certes les classes surchargées sont devenues rares, mais la stratégie est restée trop longtemps dominée par le «béton», par la construction des bâtiments.

Pendant ce temps, l’évolution pédagogique s’est ralentie et l’attention portée d’abord aux enfants, ensuite à leur prof, stagne en dessous de ce que se doit le Maroc.

Les batailles actuelles, entre parents et écoles privées, sont une base pour remettre tout le monde dans les obligations d’aujourd’hui.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc