×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    Une nouvelle grève "dévastatrice" des pilotes secoue la RAM

    Par L'Economiste| Le 18/07/2018 - 07:30 | Partager
    Une nouvelle grève "dévastatrice" des pilotes secoue la RAM

    "Dévastatrice". C’est ainsi que la direction de la Royal Air Maroc (RAM) qualifie la nouvelle grève qu’entament les pilotes de ligne de la compagnie ce mercredi 18 juillet. En effet, l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) n’a pas trouvé d’accord avec la direction de la compagnie nationale pour satisfaire ses revendications qui portent notamment sur les salaires et l’amélioration des conditions de travail. La RAM déplore ainsi "l’absence de volonté d’aboutir à un compromis" et dénonce une "surenchère des revendications". "Ce refus dogmatique d’un engagement vers une pérennisation des relations sociales révèle l’intention de se maintenir dans une position belliqueuse jugée confortable, mais au demeurant court-termiste et inutile…", regrette la direction.

    Plus rien de va en tout cas au vu du ton employé pour dénoncer ce nouveau mouvement d’humeur des pilotes. Pourtant, la direction affirme avoir mobilisé des moyens "dont nous ne disposons pas aujourd’hui" pour répondre aux attentes des pilotes. Des systèmes d’information "avant-gardistes" ont été acquis pour améliorer les conditions de travail en plus de la réorganisation des ressources humaines au sein du personnel naviguant. Un accord de principe avait également été trouvé pour les revalorisations salariales. Cela ne semble en tout cas pas suffisant chez l’AMPL. Pire, avec cette nouvelle grève, les perspectives semblent négatives pour la compagnie aérienne. Cette grève "détruira de la valeur et dégradera nos indicateurs économiques", prévient le patron Abdelhamid Addou. En outre, "elle affectera l’image de la compagnie déjà écornée […] et clôturera définitivement notre projet commun de développement". D’ailleurs, la RAM s’attend à une stagnation qu’elle vit depuis 20 ans. Pire, la compagnie compte annuler les commandes d’avions prévues, "car nous ne disposons de moyens financiers pour les acquérir", explique son patron.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc