×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Coût

Par L'Economiste| Edition N°:2336 Le 08/08/2006 | Partager

Avec 7% de prévisions de croissance, le gouvernement pourra remercier sa bonne étoile. Du moins pour cette année. Et pourtant, ces pronostics optimistes cachent difficilement un mal bien profond. Sur la question de l’endettement par exemple, le gouvernement ne peut continuellement parier sur d’épisodiques pics de croissance ou de conjoncturelles recettes de privatisation pour combler ses déficits. L’état de cet endettement n’a pas connu de véritable inflexion au cours de ces dernières années, même si le niveau de la dette extérieure a été mieux négocié. Avec une dette globale directe qui frôle 327 milliards de DH (hors garanties) et des intérêts de 20 milliards de DH, les Marocains sont au pied du mur.Plus inquiétant, l’Etat peine à rééquilibrer ses dépenses de fonctionnement et d’investissement. En tout état de cause, remonter ce gap passe inéluctablement par le redressement de nos finances publiques. Ce dossier doit figurer prioritairement à l’ordre du jour des prochaines échéances électorales.Preuves à l’appui, les candidats doivent montrer comment ils pourront assurer des programmes de réformes, des dépenses supplémentaires, sans engager le budget dans des spirales déficitaires, qui plus est aux lourdes conséquences pour les générations futures. Il faut le reconnaître, ce débat, nous ne l’avons pas pour l’instant. Il est scandaleux que les conséquences de nos politiques sociales, du train de vie de l’Etat, de nos choix, de notre assistanat ne soient pas suffisamment expliquées aux populations. Or, c’est cette même collectivité qui, d’une manière ou d’une autre, paye. Peut-être que les attentes auraient été différentes, si chacun de nous savait que chaque nouvelle prestation, chaque dirham subventionné, chaque dirham d’endettement a… un coût!Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc