×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Copier-coller

    Par Abashi SHAMAMBA| Edition N°:5071 Le 24/07/2017 | Partager
    abashi_web.jpg
     

    Partant de sa propre expérience, un ancien ministre racontait un jour devant un auditoire des dirigeants à Casablanca le processus d’ingénierie et de fabrication des réformes. Réformer, insistait-il, ne consiste pas à produire des lois, mais à s’assurer de leur mise en œuvre. L’efficacité d’un gouvernement se mesure par des réponses concrètes qu’il aura apportées aux attentes de la population et non par l’inflation des textes législatifs.
    Petite ou grande, toute réforme suppose en amont un travail en profondeur: l’identification des alliés, celle des opposants et des sources de résistance. Mais aussi, des moyens pour rallier une partie des partisans du statu quo. Un des facteurs-clés du succès dans tout processus de réforme est le calendrier.

    C’est exactement l’élément qui fait défaut à la loi sur l’assurance maladie des indépendants publiée la semaine dernière au Bulletin officiel (voir nos analyses dans l’édition du 21 juillet 2017).  
    Rappelons l’enjeu: 11 millions de personnes potentiellement concernées. Mais la mise en œuvre de cette réforme est suspendue à une batterie de textes d’application dont on ignore tout du calendrier. Cela jette évidemment un doute sur la crédibilité de la promesse gouvernementale. La France qui nous sert souvent de référence de ce côté de la Méditerranée vient de chambouler son logiciel de production des lois. Au projet de loi qu’ils tiennent dans une main, les conseillers du ministre-pilote doivent tenir dans l’autre les drafts de textes d’application éventuels. Le tout, sous la supervision d’un pair référent auprès du Premier ministre. 
    L’objectif est de donner plus de rythme aux réformes afin que les citoyens en ressentent les effets le plus rapidement possible. Voilà au moins un domaine où le «copier-coller» sera le bienvenu.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc