×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    A contre-courant!

    Par L'Economiste| Edition N°:2874 Le 06/10/2008 | Partager

    IL faut certes avoir une bonne dose de courage, d’assurance pour…investir au plus fort de la crise. C’est ce que vient de faire le milliardaire américain Warren Buffett. On ferait bien de méditer les arbitrages de la première fortune mondiale (selon le classement Forbes). Buffett applique une stratégie qui, à Wall Street, compte quelques adeptes, celle de la théorie de l’investissement à contre- courant. La devise: acheter au son du canon, vendre au son du violon. Ces investisseurs sont peu communs, il faut le dire, car il est souvent difficile de sortir de la foule! Mais sur le long terme, l’histoire finit par leur donner raison. Des occasions pour ceux qui osent aller à contre-courant, il en existe pourtant aussi sur la place casablancaise où certaines immobilières dépriment alors même qu’elles affichent des perspectives prometteuses. «Investir» à contre-courant, c’est aussi ce que vient de faire intelligemment Nabil Benabdallah à travers la belle opération RP qu’il vient de monter en suisse. Objectif: montrer que le Maroc reste une destination attractive où il fait bon de venir faire ses emplettes. Ces ambitions sont aujourd’hui indispensables pour le pays. Au moment où le capitalisme est en proie au doute, et alors que le retour au protectionnisme est moins tabou, il ne faut surtout pas subir la mondialisation mais y prendre place… à contre-courant!Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc