×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Confiance

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5796 Le 03/07/2020 | Partager
benabid-mohamed-2020.jpg

La météo des défaillances d’entreprises est très scrutée en ce moment, et c’est bien normal dans le contexte économique que traversent le pays et le monde.

S’il convient de s’interroger sur ses enjeux, c’est que le sujet sous-tend un phénomène de réaction en chaîne en ce sens où derrière chaque défaillance c’est toute une série de contrats qui lient l’entreprise à ses créanciers qui sont rompus.

  Le processus de déprime est largement engagé, mais vraisemblablement ce n’est pas encore le moment pour le grand signal d’alarme. En tout cas, les chiffres existants ne permettent pas d’apporter de réponses définitives.

Quant aux scénarios, ils pronostiquent des effets importants plutôt pour le second semestre.  En tout état de cause, une prise de hauteur semble nécessaire dans cet exercice d’évaluation.

Inévitablement les taux de marge, fortement dégradés pour plusieurs unités et secteurs au cours des derniers mois, continueront de s’inviter au débat mais dans une conjoncture des extrêmes, l’erreur serait cependant de s’en contenter comme grille d’analyse.

Avoir survécu jusque-là est déjà un exploit en soi. Pour cette annus horribilis, s’il reste maintenant à négocier la prochaine manche, ce sera  dans une course contre la montre dans l’antichambre des dépôts de bilan.

A moins de croire dans un pari suicidaire que le tonneau des Danaïdes des aides sociales va inverser la situation, la plupart des entreprises espèrent surtout une reprise rapide du moteur de la consommation.

Sa panne aura laissé des traces durables auprès des secteurs économiques.  Raison de plus pour que le gouvernement lâche  urgemment sa loi de finances pour rassurer les opérateurs, relancer les commandes et ramener  la confiance.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc