×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Cigale ou fourmi

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    La  dimension sociale ressort fortement dans le Budget 2019. Dans un pays où de fortes inégalités persistent, les priorités (santé, éducation notamment) sont défendables et les orientations convergent vers à peu près les mêmes déterminants.

    A commencer par l’intégration du risque de la rue. Cependant, lorsqu’on est plus cigale que fourmi, c’est-à-dire peu regardant sur les dépenses ou sur leur financement, c’est aussi le type de dossiers où il faut avoir le succès modeste.

    Ne pas donner l’impression de s’autocongratuler, comme pour le dernier Conseil de gouvernement, en annonçant, ici, «une importante hausse dans le budget réservé aux salaires des fonctionnaires qui passera à 112 milliards de DH», là, la création de plus de 25.000 postes budgétaires, en plus de 15.000 autres pour les AREF, là encore, «une charge de compensation de 17,6 milliards de DH en hausse de 4,6 milliards de DH».

    Encore faut-il convaincre pour la contrepartie à cet élan de solidarité. Il n’existe pas beaucoup d’options si ce n’est de s’endetter, d’augmenter les impôts, ou de vendre ses vieux bijoux comme pour la relance des opérations de privatisation.

    Pour la première, le Maroc continue de vouloir défendre la rigueur de ses finances publiques. Pas question de trop tirer sur la corde du déficit, et cela semble rassurer les agences de notation. Pour la seconde en revanche, les arbitrages sont plus hasardeux.

    L’effort de solidarité fiscale est difficilement populaire s’il est supporté par les mêmes. Lorsque l’IR est concentré à plus de 73% à la source, sur les salaires des secteurs privés et publics, et lorsque 84% des recettes de l’IS sont assurées par 1% d’entreprises, seuls ceux qui sont aveugles refuseront d’y voir, osons le mot, une stigmatisation.

    Or en l’absence d’efforts d’élargissement de l’assiette, ce poids de la fiscalité serait non seulement injuste, mais contre-productif pour la compétitivité. Alors, restons lucides: il est dangereux de vivre au-dessus de ses moyens. Avant de distribuer, il faut produire.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc