×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Cadeaux empoisonnés

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5287 Le 05/06/2018 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Il est important de redire quelques vérités sur les prix des carburants. Oui à un débat apaisé, non à l’affolement. Le fait que les délais de fluctuations des cours du pétrole ne soient pas répercutés de façon identique à la hausse et à la baisse dans les stations-service est une préoccupation pour la recherche économique au niveau mondial.

    Les déterminants de cette rigidité des prix ne font cependant pas consensus. En tout cas, ils ne convergent pas tous vers les pistes de concurrence. Ce qui est déplorable aujourd’hui, c’est de constater un emballement de la machine à alimenter la peur autour de la libéralisation, y compris au sein d’une partie du gouvernement qui cafouille sur la marche à entreprendre.

    Dans l’incohérence la plus totale, et visiblement plus pour plaire à la vox populi que dans le cadre d’une démarche structurée et réfléchie, s’expriment d’inquiétantes perspectives qui s’apparentent à des entraves à la vérité des prix. Le pire serait de revenir sur les acquis de la réforme amorcée en 2015.

    Réforme incomplète certes mais qui a eu le mérite de soulager à la fois les finances publiques et de sortir les entreprises et le consommateur de leurs statuts d’assistés. Faire croire que l’on peut braver éternellement la logique d’offre et de demande, sans que quelqu’un paye, si ce n’est l’Etat c’est alors le contribuable, revient à continuer de mentir à l’opinion.

    A ce titre, les tournures prises à la faveur du boycott par le dossier des prix des carburants sont l’arbre qui cache la forêt. Elles font oublier que les vraies réponses dans le secteur de l’énergie sont structurelles.

    Elles consistent à parachever le processus de libéralisation, accélérer le mix-énergétique et s’assurer que les produits et leurs infrastructures de transports sont accessibles et compétitifs. Ces réformes sont, il est vrai, plus lourdes à mener, mais plus crédibles que des cadeaux empoisonnés à promettre aux consommateurs.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc