×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Binationaux

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5149 Le 16/11/2017 | Partager
    nadia_salah_s.jpg

    Cette année, le calendrier fait un clin d’œil: c’est une équipe marocaine, fortement épaulée par des binationaux et entraînée par un Français, qui a  gagné sa qualification pour le Mondial à Moscou, pour la première fois depuis 20 ans. On sait l’impact positif que de tels succès sportifs ont sur la marche de l’économie, elle aussi très binationale.

    C’est le premier grand raout d’affaires avec la France d’Emmanuel Macron. Après les options vieillies du socialiste Mitterrand, il y eut régulièrement de ces rencontres festives entre les deux sociétés.

    Il est souhaitable que les rencontres franco-marocaines de cette semaine  continuent de s’inscrire dans ce mouvement. L’optimisme dû à l’avenir fera qu’on laissera de côté les ravages aux conséquences sauvages, causés par l’intervention de Sarkozy en Libye ou le terrible aveuglement syrien de Hollande, qui fut pourtant plus clairvoyant au Mali.

    Macron et ses équipes n’ont pas l’air d’être dans de semblables dispositions, soucieux qu’ils sont de faire redémarrer la croissance et de créer des emplois… y compris en Afrique, qu’il «ne veut plus voir comme un voisin menaçant» (discours à la Sorbonne, le 26 septembre dernier). Scannez le code.
    Pourtant, il est loin d’être anodin. De plus il correspond assez bien aux vues de Rabat sur le sujet.

    Ce programme propose des actions très pratiques, avec même l’idée d’un financement très soft, comme le «stamp duty» britannique  (mini-taxe sur la finance).  S’y ajoute le meilleur des aiguillons qui puissent se trouver dans cette Europe qui se referme: limiter les migrations en accompagnant de manière efficace et intelligente le développement africain: «Je souhaite que notre partenariat avec l’Afrique soit un élément de la refonte du projet européen».

    Là, pas besoin de faire un dessin: le Maroc, sa politique et ses entreprises sont des partenaires tout désignés, et qui ont déjà fait la preuve de leur savoir-faire.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc