×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Basse combine

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5319 Le 20/07/2018 | Partager

    C'est un cauchemar! 
    On a besoin de devises et d’emplois. On a besoin de donner de l’espoir et de l’ambition à nos jeunes. Le  tourisme fait cela très bien. En donnant par-dessus le marché une bonne image du pays. Mais voilà qu’on démolit tout.
    Les partis choisissent des ministres qui en feront le moins et qui désespéreront le plus leurs cadres et toute la profession. Depuis avril 2017, ils sont deux sur l’affaire, Mohamed Sajid, le patron de l’UC, et sa Secrétaire d’Etat, Lamia Boutaleb (RNI). 
    Ils ne font strictement rien du tout. Dans la ligne exacte des deux mandats précédents.
    En plus le gouvernement, par son ministère du Transport (Amara-PJD), est incapable de se décider sur un programme de développement pour le premier des transporteurs de touristes, la RAM. Résultat: les pilotes, mini-groupe de pression surpuissant  et mieux payé que les ministres, ont décidé de se servir sur la bête, avant même que le méchoui ne soit cuit.
     En avril 2018, las d’attendre un think tank privé, le CDS présidé par Mohamed Benamour, un des pères de la stratégie du tourisme marocain, prend l’initiative de réunir à ses frais la profession et les pouvoirs publics. Le bruit courut de l’arrivée de la feuille de route, d’un corpus de décrets… Rien du tout. Le ministre, ostracisant sa Secrétaire d’Etat, donne l’impression de s’être absenté avant la fin de son discours. Tant de mauvaise foi et d’inconscience ont mis l’ex-présidente de la CGEM dans une colère publique.
    Si on ne fait rien, au moins devrait-on laisser agir les autres. Un demi-civisme, en quelque sorte.
    Pas du tout. Au contraire on monte un coup pour démolir de manière infamante l’ONMT  qui s’est démené pour faire mieux que la moyenne mondiale pendant deux ou trois saisons. Il ne reste plus qu’à mettre les hôteliers en prison… 
    C’est une vergogne que des élus se soient laissé prendre dans une si basse combine. Qui s’élèvera enfin pour remettre les choses à leur juste place et arrêter ce massacre? o
    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc