×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Zone euro: Le chômage au plus haut

Par L'Economiste | Edition N°:2912 Le 01/12/2008 | Partager

. 7,7% en octobre, le plus haut depuis 2 ans . Ralentissement de l’inflation Alors que la zone euro s’enfonce dans la récession, le taux de chômage est monté à 7,7% en octobre, son plus haut niveau depuis presque deux ans, tandis que l’inflation a fortement ralenti en novembre, renforçant les attentes d’une baisse des taux de la BCE.Le taux de chômage dans la zone euro a atteint 7,7% en octobre, du jamais vu depuis janvier 2007, a indiqué vendredi dernier l’office européen des statistiques Eurostat. En septembre, le taux de chômage s’était établi à 7,6%, après 7,5% en juillet et août. Selon Eurostat, 12,003 millions de personnes étaient au chômage en octobre dans la zone euro, contre 11,778 millions en septembre et 11,698 en août.Pour l’ensemble des 27 pays de l’Union européenne, le taux de chômage est un peu moins élevé: 7,1% en octobre après 7,0% en septembre.Parmi les grands pays européens, le taux de chômage a surtout augmenté en Espagne, à 12,8%, contre 12,1% en septembre. En France, il est monté à 8,2%, contre 8,0% en septembre. En l’Allemagne, le chômage est resté stable à 7,1%. Parallèlement, la hausse des prix à la consommation a connu un coup de frein brutal, plus important que prévu par les analystes.L’inflation est tombée en novembre dans la zone euro à son plus bas niveau depuis septembre 2007, à 2,1%, contre 3,2% en octobre, toujours selon Eurostat.Cette baisse est due essentiellement au repli des prix de l’énergie, même si l’institut de statistiques ne détaille pas encore ses composantes. L’inflation se rapproche donc, pour la première fois depuis plus d’un an, de l’objectif fixé par la Banque centrale européenne, qui vise une inflation «en dessous, mais proche de 2%» sur le moyen terme, confirmant le terrain favorable pour une nouvelle baisse des taux de la BCE.Son président, Jean-Claude Trichet, a indiqué clairement la semaine dernière que l’institut de Francfort était prêt à baisser à nouveau son principal taux d’intérêt.Face à l’intensification de la crise financière, la BCE a déjà baissé ses taux à deux reprises en un mois, en octobre puis en novembre.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc