×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Vache folle: L'Asie ferme ses portes au boeuf américain

Par L'Economiste | Edition N°:1670 Le 25/12/2003 | Partager

. Le Japon, le plus important client, suspend l'importationLes plus grands pays importateurs de boeuf américain en Asie, dont certains sont des débouchés majeurs de la viande américaine, ont fermé leurs portes hier mercredi aux importations de bovins provenant des Etats-Unis, après l'annonce du premier cas suspect de vache folle dans le pays.Quelques heures seulement après la révélation du cas américain d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), un porte-parole du ministère nippon de l'Agriculture indiquait que le Japon avait “suspendu ses permis d'importation” jusqu'à l'obtention d'informations plus complètes. Le Japon est le plus important débouché au monde de la viande de boeuf américain, monopolisant 32% des exportations US en 2002, selon la Fédération américaine d'exportation de la viande. Il a importé 240.144 tonnes de boeuf américain sur l'année clôturée en mars dernier. Le Mexique, le Canada, la Corée du Sud et Hong Kong sont les autres plus importants marchés.Peu après, des mesures similaires étaient annoncées en cascade par la Malaisie, Taïwan, Singapour et la Corée du Sud, disant agir par précaution pour éviter une propagation de la maladie. Si les trois premiers pays ne représentent pas des marchés de première importance pour les Etats-Unis, la Corée du Sud, elle, est un client majeur pour le boeuf américain. Séoul a importé 186.000 tonnes de viande US l'an dernier (les deux tiers de sa consommation). Singapour n'en a acheté que 988 tonnes jusqu'à présent cette année, Taïwan 14.000 tonnes l'an passé. Quant à la Malaisie, les bovins américains ne comptent que pour 0,3% de ses importations de boeuf. Hong Kong, autre important client de la filière bovine américaine, a indiqué qu'il “continuait à réunir les informations” et qu'une décision “sur une éventuelle suspension des importations” serait prise “dans l'après-midi”, selon une porte-parole du département de l'Environnement et de l'Alimentation. Hors d'Asie, le Canada, troisième plus important marché d'exportation du boeuf américain, a dit vouloir attendre des tests supplémentaires avant de prendre toute décision. Le Mexique n'avait pas immédiatement réagi.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc