×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: TUI maintient le cap sur le Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:1537 Le 11/06/2003 | Partager

. Un accord-cadre est en cours de discussion pour renforcer la desserte aérienne. Une opération de comarketing avec le TO sur la destination Maroc est également envisagée L'opérateur mondial du tourisme TUI n'a pas perdu confiance en la destination Maroc malgré les événements du 16 mai à Casablanca. Une importante délégation du groupe a fait le déplacement lundi dernier à Agadir pour rencontrer le Premier ministre Driss Jettou, ainsi que Adil Douiri et Karim Ghellab, respectivement ministres du Tourisme et du Transport. Cette réunion, qui s'est déroulée en présence des partenaires marocains de TUI, le groupe Holidays Service/ Tikida Hôtels, a été la preuve que l'opérateur mondial du Tourisme maintient le cap sur le Royaume. Un signal fort en ces temps de crise. Pour eux, “le professionnalisme avec lequel le gouvernement a réagi aux attentats de Casablanca, la transparence et la communication qui ont entouré ces événements les ont fortement impressionnés''. Des effets renforcés par les propos de Driss Jettou qui les a assurés lors du meeting de la détermination du Maroc d'aller de l'avant dans la stratégie 2010 en dépit de la conjoncture internationale. Eux aussi ne reculeront pas, a affirmé Ralf Corsten, représentant de la TUI. Eric Debry, président du directoire de Nouvelles Frontières, filiale de TUI, affiche bien au contraire l'ambition d'augmenter ses parts de marché au Maroc, en doublant dans les trois ans à venir sur la destination, le volume de ses clients actuellement de 50.000 passagers par an. Pour ce faire, un accord-cadre en cours de négociation entre le gouvernement marocain et le groupe TUI, a fait l'objet d'une séance de travail lundi dernier avec Adil Douiri et Karim Ghellab. Selon Eric Debry, les débats en cours avec les autorités marocaines visent principalement à permettre à Nouvelles Frontières, de développer sa desserte aérienne sur Marrakech et Fès, un des volets de l'accord-cadre. Il offrira l'opportunité au TO d'étoffer sa programmation sur ces villes. Ce renforcement de la desserte aérienne entre la France et le Maroc précède l'étude des mêmes possibilités sur les autres marchés européens tels que l'Allemagne, la Belgique et la Grande-Bretagne, a expliqué de son côté Ralf Corsten. En attendant, Agadir fait également partie des intérêts du groupe. Une fréquence hebdomadaire programmée le jeudi sera mise en place dès cet hiver entre l'Allemagne et la station. En dehors du dossier de la desserte aérienne, le groupe TUI et le gouvernement marocain travaillent également depuis plusieurs semaines sur un plan concerté d'une opération de marketing conjointe d'une durée de trois ans. Cette démarche, qui s'inscrit dans la nouvelle stratégie de communication du ministère du Tourisme, vise à réaliser des actions communes de promotion, ont expliqué les représentants de TUI. Pour ces derniers, ces opérations permettront d'accompagner leur offre hôtelière qu'ils comptent également étoffer. Trois nouveaux projets sont ainsi programmés d'environ 2.000 lits. Outre un troisième hôtel Paladien de 500 lits, qui sera opérationnel en 2004 à Marrakech, l'année 2005 sera marquée par l'ouverture à Agadir d'un club Robinson de 700 lits et d'un hôtel RIU de 800 lits. Ce dernier va être réalisé avec le groupe Tikida Hôtels, partenariat de TUI depuis 35 ans.Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc