×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:50 Le 22/10/1992 | Partager

    George Bush, un pied dehors

    LA cause semble être entendue pour George Bush. Le troisième débat télévisé qui l'a opposé à son adversaire démocrate, Bill Clinton, a tourné à l'avantage de ce dernier. Les tentatives du locataire de la Maison Blanche et de son Parti de porter les valeurs familiales et patriotiques au coeur de la campagne ont échoué. Les américains semblent plus se préoccuper de leur économie, des moyens de sortir de la crise.
    Au soir du 3 Novembre, le Gouverneur de l'Arkansas, symbole du changement et de la jeunesse, à l'image de John Kennedy, pourrait bien mettre fin à 12 ans de suprématie républicaine, même si l'arbitrage de Ross Perot, revenu dans la bataille, pourrait être déterminant.
    Cependant, le prix du ticket d'entrée au Bureau Oval est élevé. Les candidats ne lésinent pas sur les moyens. Le marketing électoral devrait engloutir plus de 500 millions de Dollars dans les spots publicitaires à la télévision, les sondages privés, les campagnes dans la presse, les shows..., les mailings.

    Les derniers "Nobel"

    LES derniers Prix Nobel décernés cette semaine reviennent à la France, aux Etats-Unis et au Guatemala.
    Georges Charpak, félicité par François Mitterrand, a été récompensé par l'Académie suédoise pour ses travaux en physique, "les détecteurs de particules et la chambre proportionnelle multifils". Le Prix Nobel de chimie a été décerné à l'Américain Rudolph Marcus, du California Institute of Technology of Pasadena, grâce à sa contribution à la théorie des réactions de transfert d'électrons dans les systèmes moléculaires. Il a notamment trouvé des "expressions" mathématiques simples pour décrire l'influence de ces transferts.
    Le Prix Nobel de la Paix a récompensé Rigoberta Menchu en raison de "son combat pour la défense et le respect des droits des populations indigènes". Mme Menchu, agée de 43 ans, est le second citoyen guatemaltèque à recevoir un Prix Nobel.
    Le premier Prix, celui de Littérature, avait été attribué à Miguel Angel Asturias.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc