×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:152 Le 03/11/1994 | Partager

    L'Economiste grandit mais perd son jardin

    En octobre 1991, L'Economiste s'était installé au 19 rue Ibnou Khatima (ex-Bournazel) et le 30 octobre, il était sur le marché avec son premier numéro commercial. Le 19 rue Bournazel est une ancienne villa appartenant à la Famille Benyahia, qui avait apporté son soutien moral au projet. La villa est charmante, avec un jardin, des roses, des orangers et même du jasmin. Pas très commode pour travailler, mais tellement conviviale! Mais L'Economiste a grandi vite, beaucoup trop vite par rapport à son plan initial. La charmante villa était trop petite. II faut émigrer sur les grands boulevards, dans un immeuble moderne de la compagnie La Victoire, 201 boulevard de Bordeaux, sur l'angle de Zerktouni.

    L'Economiste s'installe dans un nouvel espace, bien plus grand, conçu et dessiné par Design Stratégie Morocco, meublé par Arredamento; le matériel informatique est installé par Redagraph. Parmi les voisins, le groupement italo-espagnol qui construit le barrage de M'Jaâra

    Mais... il n'y a pas de jardin.

    (Les numéros de téléphone restent les mêmes).

    Participera, participera pas

    Jusqu'en cette fin de semaine, les partis de l'ancienne opposition n'affichaient pas une attitude claire sur leur participation au gouvernement. L'USFP doit réunir les assises de son comité samedi 5 novembre pour une "position définitive ", alors que la jeunesse ittihadia "exprime des réserves" quant à la participation du parti au gouvernement de l'alternance. La jeunesse Ittihadia "évoque "l'alliance avec les partis de l'opposition" et le processus électoral à rectifier".

    L'Istiqlal publie un communiqué sibyllin reconnaissant un partage des avis au sein de la direction du parti, évoquant les "garanties effectives" et posant le problème "des partenaires pour trouver une majorité". Le PPS s'était le premier exprimé par une "appréciation positive de l'initiative Royale ", rappelant que le gouvernement n'est pas une fin en soi, mais un moyen de mieux servir les intérêts de la Nation.

    Le Cameroun pour réveiller les stades

    La léthargie du football continue. Les stades se remplissent encore mal et les petits "scandales": bureaux du WAC, déconvenues de Zaki, et même du Kawkab qui s'installe à la Fédération d'Athlétisme. L'équipe du Cameroun, la plus puissante d'Afrique, vient avec ses "Lions indomptables", le temps d'un match amical, susciter quelques émotions.

    L'Algérie célèbre la violence dans la violence

    LIAMINE Zeroual annonce des élections présidentielles avant fin 1995. C'est l'annonce du retour à la démocratie dans un climat de plus en plus violent. 5 enfants ont été victimes des derniers attentats perpétrés à l'occasion de la commémoration de "la toussaint sanglante" de 1954. La violence aveugle de 1994 en célèbre une autre qui visait instituteurs français et petits colons algériens.

    En 8 ans, et jusqu'à l'indépendance de l962, il y a eu des milliers de morts. Sur ces "Chouhada" a reposé toute la légitimité du régime, combattu aujourd'hui. Mohamed Lamari est nommé général de corps d'armée, grade qui a été créé pour lui. Il passe pour l'ennemi du FIS. Celui-ci a promis l'intensification de la lutte la plus intransigeante. Le pays s'enfonce dans ce qui est désormais appelé la 2ème guerre d'Algérie . Abassi Madani et Ali Belhadj, libérés de prison depuis un mois, pourrait y retourner après l'échec du dialogue.

    Foulard: L'Iran s'en mêle

    Comme à chaque rentrée, un grand débat laïcité-tolérance enflamme la France. C'est à chaque fois des adolescentes qui, par conviction, pression des parents ou esprit de contradiction, viennent au lycée avec des "foulard islamique". L'Iran se solidarise avec les filles exclues, envoie des équipes de TV, organise des manifestations à Téhéran. Elle renforce les français, les plus inquiets, dans les craintes du péril islamiste. Au détriment des jeunes expulsées.

    Les Bosniaques attaquent

    Longtemps cantonnés à la défensive, face aux Serbes de Bosnie de Radovan Karadzic, les Bosniaques musulmans passent à l'offensive. Ils avancent, reprennent une enclave stratégique, un plateau, prennent du matériel à des ennemis affaiblis. Les Croates qui se sont alliés à eux ont renforcé leur armée. Les forces d'intervention de l'ONU, incapables il y a quelques mois de les protéger, doivent défendre les zones démilitarisées qu'ils tiennent autour de Sarajevo. Au besoin, ils appelleront les avions de l'OTAN à la rescousse contre les Bosniaques.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc