×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

OPA de Mannesmann sur Orange en novembre

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

· Une offre mixte en liquide et par échange d'actions pour un montant de 32 milliards de Dollars
· Le rachat d'Orange constitue une nouvelle offensive contre Deutshe Telecom

Avec le rachat d'Orange, numéro trois britannique dans la téléphonie mobile, Mannesmann accèdera au rang de leader du marché européen. Le conglomérat allemand a annoncé jeudi 21 octobre son attention d'acquérir l'opérateur britannique via une OPA pour un montant global de 19,8 milliards de Livres (32 milliards de Dollars), une opération qu'Orange a acceptée. Au terme de cet accord qui prévoit un financement mixte en liquide et par échange d'actions, l'actuel principal actionnaire d'Orange, Hutchison Whampoa, déteindra une part de 10% dans Mannesmann.
Près de 60% du montant de la transaction sera obtenu par un échange d'actions. Le reste sera financé par prêt bancaire. Le groupe allemand a annoncé qu'il allait le couvrir en partie par une augmentation de capital de l'ordre de 4, 3 milliards de Dollars. La transaction devra s'opérer très rapidement, espèrent les managers de Mannesmann qui vont déposer leur offre dès le 1er novembre.

Vodafone et les autres


Cette acquisition est une nouvelle étape dans la guerre des fusions et restructurations sur les marchés européen et nord-américain.
Le Britannique Vodafone avait ouvert le bal en mettant la main sur l'Américain Air Touch. L'opérateur, qui ambitionne de devenir le premier opérateur paneuropéen, pourrait s'opposer à cette volonté d'expansion de Mannesmann, estiment les analyses. Troisième opérateur en Grande-Bretagne après Vodafone Air Touch et British Telecoms, Orange détient 17% du marché avec un parc de 3,4 millions d'abonnés. Du reste, il est présent dans 6 pays. Quant au groupe allemand, il détient 65% de D2 en Allemagne (premier opérateur). Hors de ses bases, Mannesmann contrôle le numéro deux italien Omnitel Pronto, 15% de Cegetel (SFR) en France et est majoritaire dans Tele-Ring en Autriche.
Le rachat d'Orange constitue pour lui une nouvelle offensive contre son concurrent principal Deutsche Telecom (DT). En effet, il lui emboîte directement le pas sur le marché britannique (à fort potentiel). DT y a acquis il y a quelques mois One-2-One, 4ème opérateur de téléphonie mobile en Grande-Bretagne, qui talonne d'ailleurs Orange avec un parc de 3,2 millions d'abonnés. Une acquisition qui s'est réalisée pour une somme de 13,7 milliards de Dollars.
Sur son terrain, Deutsche Telekom s'est vu concurrencer par son ancien allié France Télécom qui vient d'acquérir 77,4% de l'opérateur mobile Eplus. Et après la fusion annoncée de son allié Sprint avec MCI, Deutsche Telekom s'est également vu priver d'un point d'appui aux Etats-Unis.

Badra BERRISSOULE (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc