×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Marrakech: Une autre affaire de pédophilie!

Par L'Economiste | Edition N°:2303 Le 22/06/2006 | Partager

. Le patron de l’opéra de Massy dans le box des accusés . Chefs d’inculpation: Incitation à la débauche sur mineur et homosexualitéMarrakech, ville d’opprobre? En tout cas, les procès pour prostitution et pédophilie s’y multiplient. Le dernier en date, et sans doute l’un des plus médiatisés, a démarré le 20 juin au tribunal de première instance de la ville ocre. Et c’est Jacques-Henri Soumère, une célébrité du monde culturel français, qui se retrouve dans le box des accusés. L’ex-directeur du théâtre Mogador et patron de l’opéra de Massy doit répondre à de graves accusations: incitation à la débauche sur mineur, détention de stupéfiants et homosexualité. L’accusé, qui a passé 22 jours en détention provisoire, a été relaxé. En revanche, son présumé rabatteur, un certain Mustapha Dehali, est toujours en prison et n’a pas bénéficié de la liberté provisoire. «Normalement, Soumère doit être interdit de quitter le territoire marocain, mais nous avons été informés qu’il vient de reprendre son passeport et qu’il peut donc repartir en France. C’est tout simplement scandaleux», souligne Mustapha Errachdi, militant de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), et avocat de l’association «Touche pas à mon enfant» qui s’est portée partie civile dans ce procès. Outre la rumeur sur la réouverture des frontières pour Soumère, les deux associations (Touche pas à mon enfant et l’AMDH) critiquent vivement «l’écart de conduite» de la justice à l’égard des deux accusés. «Il est inadmissible de relâcher le présumé pédophile tout en gardant en détention le présumé rabatteur. L’infraction reprochée au second ne peut exister sans celle du premier. Ils doivent donc être soumis à un traitement équitable», s’écrie Najat Anouar, présidente de l’association. L’affaire a éclaté en avril dernier lorsque Soumère a été interpellé avec deux jeunes Marocains dans son riad au quartier Guéliz à Marrakech. La victime est un jeune lycéen (S.H). Il raconte dans le PV de la Police judiciaire avoir pris contact avec l’accusé sur un site Internet. Alertée, la police qui surveillait déjà les lieux intervient. Elle retrouve Soumère avec la victime et le rabatteur, «mais rien n’indiquait que les interpellés avaient eu, ou comptaient avoir des relations sexuelles», indique une source judiciaire. En revanche, les agents de la PJ trouvent sur place du «matériel pornographique». De son côté, l’accusé nie avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs. «Soumère soutient que la victime lui avait rendu visite pour un entretien d’embauche», confie la même source. Errachdi compte demander la peine maximale pour ce type de délit (voir encadré). «Nous voulons faire condamner Soumère pour pédophilie», souligne l’avocat. Si le tribunal ne retient que l’homosexualité, poursuit-il, nous retirerons la plainte. Reste que l’homosexualité est également punie par le code pénal et ne devrait pas permettre, si le tribunal ne retient que cette infraction, l’acquittement de l’accusé. La prochaine audience est prévue pour le 27 juin.


De 2 à 10 ans de réclusion

La corruption de la jeunesse et la prostitution sont régies par la section VII du livre III du code pénal. Son article 497 dispose: «Quiconque excite, favorise ou facilite la débauche ou la prostitution de mineurs de moins de dix-huit ans est puni de l’emprisonnement de deux à dix ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 DH». Naoufal BELGHAZI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc