×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    De bonnes sources

    Les scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:23 Le 02/04/1992 | Partager

    · Un printemps pluvieux !
    L'anticyclone qui s'était formé il y a quelques mois au large du Maroc empêchant l'infiltration des pluies s'est enfin affaibli, ce qui a permis au pays de renouer avec les précipitations importantes. Le 31 Mars, le Maroc a ainsi reçu la première perturbation de type classique en provenance du Nord-Ouest, ce qui s'est traduit par des pluies et neiges, qualifiées de "très importantes". Au cours de la dernière semaine du mois, la pluviométrie a été de 490 mm.
    Avec l'affaiblissement de l'anticyclone, on peut s'attendre à de nouvelles pluies importantes et généralisées. Des précipitations sont annoncées dès ce Jeudi, sur le Nord.

    · L'indice du coût de la vie perturbé par la sécheresse
    Pour Février 1992, l'indice du coût de la vie a enregistré une faible hausse de 0,1%. Cependant, la sécheresse a perturbé de manière significative les postes alimentaires. Les produits frais ont connu une hausse de 8,1%, alors que les prix des viandes subissaient une baisse moyenne de 2,4% (moins 1,5% pour le poisson). Le transport en communa augmente de 0,9%. L'indice se situe à 467,2, contre 466,7 en Janvier 1992 et 439,3 en Février 1991.

    · Délestages électriques
    Au début Ramadan, l'ONE a dû procéder à des délestages, en raison du fort ralentissement de la production d'hydro-électricité. Ces délestages ont concerné les gros consommateurs clients directs de l'Office et quelques zones à forte concentration industrielle. Dans ces cas, les consommateurs devaient en principe être avertis par le biais des régies et des autorités locales, mais les protestations enregistrées donnent à penser que la concertation n'a pas été très efficace.

    · Van Gils et la promotion d'investissements
    MM. Adrianus et Jacques Van Gils pilotent du 6 au 9 Avril à Casablanca un groupe de onze hommes d'affaires hollandais. La famille Van Gils est installée au Maroc depuis 1973, en association dans la société ICOMAIL, qui a deux unités industrielles employant 2.600 personnes (Cf L'Economiste du 5 Décembre 1991). le groupe visitera Astral-Akso, Phillips et Makro. Il s'agit pour la famille Van Gils "d'inciter les investisseurs étrangers à venir constater par eux-mêmes les potentialités en matière industrielles".

    · Comité de Direction à l'ONA
    Le Comité Directeur de l'ONA, reformulé à la suite de la nouvelle organisation (Cf L'Economiste du 12 Mars 1992) est composé de MM. Fouad Filali, Président-Directeur Général, Robert Assaraf, Administrateur délégué, Mourad Chérif, Directeur général ONA et responsable du pôle mines, et Hamdouch, Directeur général ONA et responsable du pôle agro-industriel. Assiste aussi au Comité Directeur, M. Tawfik Bennani-Smires, Directeur général de la SOREAD et de Global Communication.

    · Le Printemps arrive
    Les magasins français Le Printemps sont intéressés par une installation au Maroc. Les contacts sont en cours avec d'éventuels partenaires marocains, pour une implantation d'ici deux ans et demi, si l'option se confirme. Le Printemps s'installerait alors dans le futur Casablanca Trade Center, dans les tours Meffre. Les magasins occuperaient alors trois niveaux: un sous-sol plus deux étages.

    · Elargissement du commerce avec la Tunisie
    Le Ministère du Commerce Extérieur publie ces jours un Avis aux Importateurs et aux Exportateurs, qui élargit les possibilités de commerce avec la Tunisie, dans le cadre de la Convention Tarifaire de 1986 et de l'accord additionnel de 1991. Les listes sont révisées et élargies pour résoudre des problèmes rencontrés dans l'application et harmoniser les nomenclatures. Les experts du Ministère soulignent que ces aménagements "dénotent l'amélioration de la complémen-tarité, laquelle vient de la libéralisation". Les nouvelles listes comportent notamment les conserves de viandes, les cuirs et peaux fins, le matériel électrique, ...

    · Croissance ralentie des
    investissements publicitaires en 1991
    Selon les traditionnelles estimations faites par M. Ali Bekkali, Directeur Général de Régie 3, le montant global des investissements publicitaires en 1991 s'est élevé à 370 millions de DH, soit une progression de 12%. Le taux de croissance moyen du marché publicitaire était de l'ordre de 20% au cours des cinq dernières années. Les médias ont drainé 73% du total, dont près de 60% aux deux chaînes de télévision.

    · 50ème anniversaire de la sortie du film Casablanca
    Le cinquantième anniversaire de la sortie du Film Casablanca, sera l'occasion d'une opération de promotion du Maroc, à New York. La manifestation aura lieu le 7 Avril.

    · Cotisation minimale aménagée
    Les compagnies d'assurances ont obtenu certains aménagements sur l'assiette de leur cotisation minimale. Les produits financiers y restent, mais sont soustraits des éléments comme les annulations, la cession légale et les cessions proportionnelles et facultatives. ce cas pourrait donner des arguments à d'autres secteurs où le contenu du chiffre d'affaires ne peut pas refléter l'activité réelle des entreprises.

    · Viandes: les prix remontent cette semaine
    Les pluies qualifiées d'importantes ont fait repartir dans l'autre sens la tendance sur les marchés des viandes, sur pieds et en carcasses. La 1ère qualité bovine et l'Extra ovine ont augmenté d'un DH dans la seule journée du Mercredi 1er Avril. Les prix se situent entre 34/35 DH pour la viande bovine et à 40 DH pour la viande ovine, au niveau de l'abattoir de Casablanca.

    · Programmes d'équipements électriques
    L'équipement pour la production d'électricité d'ici 1997 devra être de l'ordre de 25 milliards de DH. On indique de source administrative que le plan de financement fait apparaître au gap de 8 milliards de DH, compte déjà tenu des emprunts extérieurs possibles. Il est fait remarqué de sources concordantes que si le plan de l'ONE comprenant des hausses régulières de 5% des tarifs en 1989, 1990 et 1991, avait été respecté, le gap serait aisément financé avec un appui total de 3 milliards de DH sur 5 ans du Budget de l'Etat. Les techniciens manifestent leur préoccupation quant à la réalisation de ce programme qu'ils jugent minimal, en raison du rythme actuel de la croissance de l'appel, à près de 7% an, au lieu des 5 à 6% des années 80.
    Carrosserie Industrielle du Maroc exporte des autocars Renault vers la France
    CARROSSERIE Industrielle du Maroc (C.I.M.) a expédié le 31 Mars vers la France quatre cars de tourisme qui seront utilisés par la société de transport Verney. C'est Verney qui a choisi le type des châssis, Renault FRI.
    Les châssis sous-bassement Renault ont été importés par Berliet Maroc et vendus à C.I.M. Les responsables de Berliet considèrent que ces châssis sont dotés d'une technologie évoluée qui rend difficile leur montage local. La conception des châssis prévoit des soutes à bagages d'une superficie importante. Le fait que le moteur soit placé à l'arrière assure le confort sonore. Les châssis sont également dotés de freins électriques pour assurer une plus grande sécurité. Le moteur développe une puissance de 340 CV lui permettant de rouler à bas régime et d'être compétitif pour la consommation du fuel.
    La C.I.M. fait partie, depuis une année, du groupe Saïda Star Auto. Son capital est de 6,76 millions de DH. Son chiffre d'affaires en 1991 a été de 88 millions de DH. La C.I.M. est réputée pour les carrosseries de haut de gamme. Ses carrosseries habillent tous types de châssis, Volvo, Renault, DAF, Mitsubishi et Mercedes.
    La C.I.M. a déjà effectué des exportations vers le Zaïre et la Tunisie. Elle compte exporter prochainement vers le Mali des autobus montés sur des châssis Mercedes.
    Pour la dernière exportation, les responsables affichent une certaine fierté d'exporter vers la France un produit intégrant une haute technologie et répondant aux normes européennes. Le premier modèle, expédié en 1991, a servi pour l'homologation technique avec l'assistance de Renault-Véhicules Industriels (R.V.I.) France et des Etablissements Chardon qui est un fabricant de sièges de luxe. La C.I.M. compte exporter, en 1992, 20 autocars touristiques de luxe à destination de l'Europe. Pour les responsables de la C.I.M., les Européens ont tout intérêt à importer du Maroc du fait que pour une qualité similaire de ce qui existe en Europe, les prix sont de 15 à 20% inférieurs.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc