×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Les malformations des grenouilles c'est aussi une histoire de champignons et de vers parasites

Par L'Economiste | Edition N°:501 Le 06/05/1999 | Partager

· Les grenouilles comptent un nouveau ennemi: Riberoria trematodes

· Ce ver parasite est responsable des difformités qui touchent plus de 36 espèces américaines



Ce ne sont pas uniquement les changements climatiques qui sont responsables des malformations de certaines espèces animales. Encore moins le trou d'ozone ou la pollution par les pesticides, mais bien des parasites. C'est du moins ce que révèlent deux études publiées cette semaine dans le magazine Science.
Deux équipes de chercheurs se sont penchées sur l'étude des causes des malformations des grenouilles aux Etats-Unis. Après le champignon qui a été formellement lié aux décès en masse de grenouilles l'an dernier en Australie, c'est au tour d'un ver parasite dénommé Riberoria trematodes de figurer au banc des accusés. Ce parasite a été tenu responsable pour les difformités qui touchent 36 espèces de batraciens dans 42 Etats du pays de l'Oncle Sam. Ces problèmes touchent également les salamandres.
Ces vers, des parasites possédant des ventouses agissent sur les cellules des membres postérieurs des batraciens en formation et perturbent leur développement, selon la découverte des chercheurs de l'Université Stansford de Californie.
Les scientifiques ont en effet démontré que les têtards, exposés à des trématodes en laboratoire, se sont développés en grenouilles, portant des difformités similaires à celles décrites dans des rapports publiés sur tout le continent américain, a précisé le principal auteur de l'étude, le Pr Pieter Johnson.
Dans la seconde étude, l'équipe du Pr Stanley Sessions, du Hartwick College d'Oneonta (Etat de New York), a examiné les difformités de cinq espèces de grenouilles provenant de plusieurs régions des Etats-Unis. L'objectif était de déterminer si leurs malformations pouvaient provenir de la rétinoïde, une substance apparentée à la vitamine A et connue pour s'opposer au développement des tumeurs cancéreuses. Les scientifiques ont constaté que les malformations, notamment le fait que certains membres soient dédoublés, "correspondent à une perturbation mécanique par une infestation de trématodes et non aux effets des rétinoïdes".

Cette découverte ne met pas fin à l'énigme. D'autres types de malformations ont été rapportés chez des grenouilles d'un peu partout dans le monde, incluant des pattes et des yeux manquants ou déformés. La piste des polluants n'est peut être pas tout à fait à exclure dans ce cas. A noter que les Etats-Unis comptent quelque 230 espèces locales d'amphibiens, des animaux dont l'origine remonte à 350 millions d'années.

Abdelaziz MEFTAH
(ASP, AFP)


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc